L'avocat Marc Bellemare

Bellemare pas candidat au C.A. du Barreau

Contrairement à ce qu'il laissait entendre jeudi dernier, l'avocat Marc Bellemare ne briguera pas le poste d'administrateur du Barreau du Québec. Il blâme les nouvelles règles électorales au Barreau, qu'il qualifie de «pratiques ignobles et antidémocratiques».
«C'est digne des pires régimes dictatoriaux», lance Me Bellemare, à propos des règles publicitaires contraignantes, mises en place en février dernier. Selon ces nouvelles procédures, «aucune publicité n'est permise à l'exception de celle offerte par le Barreau», notamment sur son site Web, dans Le Bref et dans Le Journal du Barreau. «Tu ne peux même pas faire une lettre aux lecteurs, avoir de site Web, ou envoyer un courriel de promotion», déplore-t-il.
«Ces règles sont illégales, ignobles et ne visent qu'à museler les nouveaux candidats et à favoriser les administrateurs qui s'accrochent au pouvoir. Interdire la publicité, c'est empêcher les candidats de s'exprimer et de rejoindre les 26 500 membres du Barreau», peut-on lire dans un communiqué émis lundi par Marc Bellemare. Communiqué dans lequel il se dit par ailleurs «rassuré» par la candidature de Marie-France Lahaie au poste d'administrateur, ce qui forcera la tenue d'une élection à Québec le 2 mai prochain.
L'avocat établi à Québec a a également précisé ne pas vouloir «porter ombrage à sa conjointe et associée», Lu Chan Khuong, qui est déjà candidate au poste de bâtonnière. «On ne voulait pas donner l'impression qu'on souhaitait tout contrôler, alors que c'est exactement ce qu'on reproche à l'organisation en place.»