Une mère, qui a laissé son poupon seul dans sa voiture, a reçu un constat d'infraction.

Bébé laissé seul dans la voiture: la mère reçoit un constat

(Guillaume St-Pierre) - Une mère de Saguenay a reçu un constat d’infraction de 102 $ par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), lundi, alors qu’elle a laissé seul son poupon de trois mois dans la voiture, le temps d’une emplette.

Ce sont deux témoins qui, vers 16 h 30, ont constaté que l’enfant avait été laissé sans surveillance dans un stationnement d’une pharmacie située sur le boulevard Sainte-Geneviève, à Chicoutimi-Nord. 

« Les témoins ont joint les policiers et sont demeurées sur place, près du véhicule. Les deux dames ont tenu à produire des déclarations et se sont montrées collaboratrices auprès des patrouilleurs », a indiqué Dominic Simard, relationniste pour la SPS.

+

«PAS DE LA NÉGLIGENCE CRIMINELLE»

(Myriam Arsenault) - Laisser un enfant seul dans sa voiture constitue une infraction au Code de la sécurité routière, mais « n’est pas de la négligence criminelle », a confirmé le criminaliste Julien Boulianne.

Lundi, à Chicoutimi-Nord, une mère a reçu un constat d’infraction après avoir laissé son poupon de trois mois dans sa voiture, le temps de faire une commission. Elle a reçu une amende de 102 $. Son geste était une infraction du Code de la sécurité routière, plus précisément de l’article 380, qui stipule que « nul ne peut laisser sans surveillance dans un véhicule routier dont il a la garde un enfant de moins de sept ans. »

Me Julien Boulianne a expliqué au Quotidien que le fait de laisser quelqu’un dans sa voiture n’est pas, en soi, un comportement si éloigné du comportement d’un citoyen raisonnable. Il en faut beaucoup plus pour accuser quelqu’un de négligence criminelle. 

Pour qu’il y ait une accusation au criminel, il aurait fallu que la personne montre qu’elle n’est pas apte à avoir la garde de l’enfant. « Si la personne était arrivée trois heures après avoir laissé son bébé dans la voiture et avait dit que c’était normal, là, il aurait pu y avoir des accusations criminelles », a renchéri l’avocat.

Conséquences

La négligence criminelle n’existe pas sans conséquence. « Ce n’est pas comme la conduite dangereuse. Si on roule 170 km/h dans un quartier résidentiel et qu’on zigzague à travers les enfants, mais qu’aucun n’est touché, il y a quand même conduite dangereuse. Mais lorsqu’on parle de négligence criminelle, s’il n’y a pas de conséquence, le concept n’existe pas », a expliqué l’avocat.

De plus, le temps que le poupon a été laissé seul a aussi joué dans le jugement des policiers. « Si le bébé avait été seul pendant trois heures, la mère aurait pu être accusée, car les autorités auraient pu souligner qu’elle n’aurait pas prodigué de soins à l’enfant », a affirmé l’avocat. Le temps et la chaleur auraient pu être des facteurs qui auraient alourdi les conséquences pour la personne responsable.

Malgré cela, lorsque les autorités prouvent que c’est un oubli, même lorsqu’il y a de graves conséquences, comme la mort d’un enfant, la personne responsable est rarement sanctionnée par la justice. Dans les derniers cas relevés de l’actualité, il n’y a quasiment jamais des accusations.