Jean-Philippe Blais Gagnon a comparu par visioconférence à partir du palais de justice de La Malbaie, lundi.

Baie-Saint-Paul: le fils accusé du meurtre de sa mère

Jean-Philippe Blais Gagnon, 29 ans, a été accusé du meurtre au second degré de sa mère, Violaine Gagnon, commis le 3 août à Baie-Saint-Paul.

La victime de 59 ans avait été retrouvée sans vie à son domicile de la rue Saint-Adolphe samedi, en après-midi. Ses collègues de travail s’inquiétaient de la voir absente et avaient alerté les services d’urgences.

Toujours vêtu de la combinaison blanche fournie par les corps de police aux détenus, Blais Gagnon a comparu par visioconférence à partir du palais de justice de La Malbaie vers 11h lundi, un peu plus de 24 heures après avoir été appréhendé à Québec, au volant de son véhicule.

L’homme a été interrogé par les enquêteurs toute la journée de dimanche, au quartier général de la Sûreté du Québec. Les agents ont finalement procédé à son arrestation pour homicide, en fin de journée.

La procureure de la Couronne Me Marie-Ève Béliveau-Brunet a demandé à la cour d’interdire à l’accusé de communiquer avec deux individus, témoins potentiels dans l’enquête. D’un ton bref, l’accusé a répondu qu’il comprenait l’ordonnance.

Le dossier a été reporté au 4 septembre. Comme tous les accusés de meurtre, Jean-Philippe Blais Gagnon devra s’adresser à la Cour supérieure s’il souhaite obtenir une remise en liberté durant les procédures.

Collègues et voisins décrivent Violaine Gagnon comme une personne gentille et aimée. Elle travaillait à la boulangerie du IGA de Baie-Saint-Paul depuis environ trois ans.

«Gentille» et «aimée»

Depuis l’annonce de sa mort, collègues et voisins décrivent Violaine Gagnon comme une personne gentille et aimée. Elle travaillait à la boulangerie du IGA de Baie-Saint-Paul depuis environ trois ans. 

La relation qu’elle entretenait avec son fils est décrite comme tumultueuse par ses proches. 

La SQ demeure discrète quant aux détails des événements. La maison de Mme Gagnon a été passée au peigne fin dimanche, alors qu’un périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur toute la fin de semaine.

Avec Judith Desmeules