Jean-Roch Parent a été radié administrativement par le Barreau du Québec la semaine dernière parce qu'il n'a pas complété les 30 heures de formation continue en deux ans imposées à tous les avocats québécois.

Avocat radié, procès en péril

L'avocat Jean-Roch Parent vient d'être radié par son ordre professionnel parce qu'il a négligé de faire ses heures de formation continue obligatoires. Un procès de deux semaines est en péril.
Jean-Roch Parent a travaillé très fort cet été pour obtenir la récusation du juge Hubert Couture, premier juge assigné au procès de Dave Turbide et Anick Tremblay, couple de présumés trafiquants de drogue associé au Dark Soul's.
À six jours du procès, Jean-Roch Parent n'a toutefois pas pu venir saluer Christian Boulet, le nouveau juge assigné à la cause. M. Parent a été radié administrativement par le Barreau du Québec la semaine dernière parce qu'il n'a pas complété les 30 heures de formation continue en deux ans imposées à tous les avocats québécois.
Sa collègue Mélissa Laberge, avocate d'Anick Tremblay, a aussi été radiée. Comme il ne lui manque que quelques heures, Mme Laberge pourrait remettre sa toge dès cette semaine.
Le cas de Jean-Roch Parent est plus complexe, vu la vingtaine d'heures de formation manquantes.
Au Barreau du Québec, on explique que M. Parent - qui a perdu son titre de «Maître» temporairement - devra fournir la preuve que les heures de formation sont complétées. Cette preuve devra être soumise au Conseil d'administration du Barreau à la fin septembre, toujours selon la porte-parole de l'ordre professionnel.
Le procureur de la Couronne Me Daniel Bélanger avait fait mettre le dossier Turbide-­Tremblay au rôle mardi après-midi pour connaître les intentions de la cour.
Le procureur a fait valoir qu'il a assigné de nombreux témoins policiers, ce qui engendre des coûts élevés de déplacements et d'hébergement.
Après deux ans et demi de délais, la Couronne va insister pour procéder, avec ou sans Jean-Roch Parent, a fait valoir Me Bélanger.
L'accusé Dave Turbide, détenu, a répété qu'il avait droit à une défense pleine et entière. «C'est mon avenir qui est en jeu! a-t-il fait valoir. Si je n'ai pas un avocat qui connaît la preuve, je ne vois pas pourquoi on devrait procéder.»
Pris entre l'arbre et l'écorce, le juge Christian Boulet a proposé de reporter la conférence préparatoire à jeudi après-midi, dans l'espoir d'avoir des nouvelles des avocats de défense radiés temporairement.
L'avocat Jean-Roch Parent collectionne les prises de bec avec les juges depuis plusieurs mois et n'a plus le droit d'entrer dans les bureaux de la Couronne. Il fait l'objet d'accusation de menaces et voies de fait sur des policiers et d'entrave à la justice.