L'avocat Jean-Roch Parent a été intercepté le 4 mai par la Sûreté du Québec. Il aurait alors piqué une violente colère contre les deux policiers, qui ont par la suite procédé à son arrestation.

Avocat accusé de voies de fait et menaces: la poursuite va de l'avant

L'avocat de défense Jean-Roch Parent, accusé de voies de fait et menaces sur des policiers et d'entrave à la justice, ne contestera finalement pas l'habilité du Directeur des poursuites criminelles et pénales à le poursuivre.
L'avocat de 40 ans a été intercepté le 4 mai par la Sûreté du Québec dans la voie réservée aux autobus sur le boulevard Honoré-Mercier.
Il aurait piqué une violente colère contre les deux policiers, qui ont par la suite procédé à son arrestation.
Jean-Roch Parent a depuis été accusé d'entrave à deux agents de la paix, intimidation de personnes liées au système judiciaire, entrave à la justice en intimidant les agents de la paix pour qu'ils cessent leur intervention et leur enquête, menaces de causer la mort ou des lésions corporelles et voies de fait sur des agents de la paix.
C'est une procureure de la Couronne du district de Roberval, Me Julie Lajoie, qui a autorisé les accusations.
Comme Me Parent a travaillé pendant 10 ans pour le DPCP, son avocate avait annoncé le dépôt d'une requête en inhabilité contre l'organisme poursuivant et réclamait la nomination d'un procureur d'une autre juridiction.
Me Mélissa Laberge a finalement indiqué au tribunal mercredi qu'elle ne présenterait pas de requête.
Les parties se reverront donc le 31 octobre pour l'enquête préliminaire.
La Couronne entend déposer une vidéo de l'arrestation houleuse de l'avocat, des images tournées par un autre automobiliste.