La demande d'action collective présentée jeudi en Cour supérieure du Québec faisait valoir que des centaines d'automobilistes ont passé la nuit « dans leur véhicule ou dans des véhicules de transport collectif, en pleine tempête, et sans aucune information sur l'évolution de la situation ».

Autoroute 13: changement à la demande d'action collective

Les avocats derrière le dépôt d'une demande d'action collective au nom de centaines de personnes coincées pendant plusieurs heures dans leur véhicule sur l'autoroute 13 à Montréal, durant la tempête de neige de cette semaine, ont annoncé vendredi un changement du demandeur au dossier.
Les détails entourant ce changement n'ont pas été fournis. Par voie de communiqué, le cabinet Deveau avocats a indiqué que l'identité d'un autre plaignant serait dévoilée «en début de semaine prochaine».
La veille, la demande d'action collective avait été présentée en Cour supérieure du Québec. Elle faisait valoir que des centaines d'automobilistes ont passé la nuit «dans leur véhicule ou dans des véhicules de transport collectif, en pleine tempête, et sans aucune information sur l'évolution de la situation».
La démarche vise la Sûreté du Québec, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal, et vise à compenser les membres du groupe pour les «préjudices qu'ils ont subis en raison de ce cafouillage inexcusable».
Le groupe pourrait être composé d'environ 500 membres, et la poursuite chercherait à obtenir la somme de 2000 $ pour chacun d'entre eux, en plus de la compensation des «dommages matériels subis», selon le document de la demande d'action collective.