Toby Carrier est accusé du meurtre de son frère et de tentatives de meurtre sur ses parents.

Aucune réaction de Toby Carrier lors de son arrestation

Les deux policiers qui ont procédé à l'arrestation de Toby Carrier n'ont pas noté de réaction de sa part lorsqu'il a été informé qu'il était arrêté pour meurtre. Les deux témoins chez qui l'accusé s'est réfugié après les événements avaient pourtant déclaré le contraire.
Gino Joseph et Marie-Ève Belzile, patrouilleurs pour la Sûreté du Québec à l'époque, témoignaient mardi au palais de justice de Baie-Comeau pour le second procès de Toby Carrier, accusé du meurtre de son frère Ismaël et de tentatives de meurtre sur ses parents, Chantal Michaud et Nelson Carrier, commis le 31 mars 2009 à Matane.
Depuis le début du procès, la défense s'intéresse particulièrement à ce moment où Carrier a appris qu'il était accusé de meurtre. En contre-interrogatoire, Me Roland Roy s'est fait insistant auprès de l'agente Belzile afin de s'assurer qu'à son souvenir, elle n'a rien entendu de Carrier lorsqu'elle l'a informé du meurtre. «S'il avait dit quelque chose, c'est sûr que je l'aurais noté», a-t-elle lancé.
L'agent Joseph a aussi déclaré au tribunal n'avoir entendu aucune réaction de l'accusé à cet instant précis. Même si les propos rapportés ne sont pas exactement les mêmes, les deux amis de Carrier qui ont témoigné ont plutôt affirmé que ce dernier avait interrogé la policière au moment de son arrestation, car dans son esprit, il n'avait tué personne.
Le policier Joseph a toutefois déclaré que quelques instants après son arrestation, alors que l'accusé et lui étaient seuls en attendant que l'agente Belzile déverrouille à distance les portières de la voiture de patrouille, Carrier lui aurait dit : «Vous m'arrêtez pour meurtre. J'ai tué qui?» Le policier lui a répondu que c'était son frère. L'accusé n'aurait eu aucune autre réaction.
Les deux policiers l'ont ensuite conduit au quartier général de la SQ à Rimouski, à une centaine de kilomètres de Matane. Ils n'ont eu aucune interaction avec lui durant ce temps. L'agente Belzile a estimé que Carrier avait dormi durant 35 des 60 minutes qu'a duré le trajet. Me Roy lui a plutôt suggéré qu'il avait simplement les yeux fermés et qu'il ne dormait pas.
Ce matin, le jury regardera la déclaration vidéo faite par Toby Carrier au matin du 1er avril 2009. Le procès de l'homme de 27 ans de Matane ajournera ensuite jusqu'à mardi prochain.