La police de Québec a reçu un appel vers 18h30, lundi, d'une résidente d'un immeuble à appartements à Charlesbourg, qui affirmait que des cris émanaient d'un logement voisin. 

Attaque au couteau: une homme maîtrisé au taser à Charlesbourg

Un homme qui tentait d'attaquer une femme avec un couteau, lundi soir, dans un appartement de Charlesbourg, a dû être maîtrisé par les policiers à l'aide d'un pistolet à impulsion électrique, dans ce qui semble être un épisode de violence conjugale.
Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a reçu un appel vers 18h30, lundi, d'une résidente de l'immeuble à appartements situé au 4630, avenue De Gaulle, à Charlesbourg, affirmant que des cris émanaient d'un logement voisin.
À l'arrivée des policiers, un homme dans la trentaine présentait des comportements agressifs et tentait de s'en prendre à une femme avec un couteau à l'intérieur de l'appartement. La scène exigeant une intervention rapide, les policiers ont utilisé un pistolet Taser pour maîtriser l'homme, évitant d'avoir recours à leurs armes de pointe, a expliqué la porte-parole du SPVQ, Marie-Ève Painchaud.
La victime, une femme d'environ 35 ans, a été transportée à l'hôpital pour des blessures mineures. Elle sera interrogée par des enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec dès que son état le permettra.
Selon le SPVQ, des accusations de tentative de meurtre pourraient être déposées contre l'homme arrêté. Ce dernier a également été hospitalisé à la suite de l'intervention des policiers, mais il pourrait comparaître dès mardi au palais de justice de Québec.
Selon les informations amassées par Le Soleil, il s'agirait d'un épisode de violence conjugale. Les régulières disputes du couple étaient connues dans l'immeuble, ont confirmé plusieurs résidents. «Tu ne penses jamais que ça peut arriver aussi près de chez toi, mais ils s'engueulaient souvent, tout le monde dans le bloc le savait», a confié une voisine au Soleil.
L'homme arrêté par les policiers, en particulier, était reconnu comme problématique, a souligné un autre voisin, expliquant qu'il avait confié être un pyromane à plusieurs résidents de l'immeuble.
Le SPVQ n'était pas en mesure de dire, lundi soir, si le suspect avait des antécédents judiciaires.