.

Arrêté pour avoir braqué un fusil à plombs

Trois individus, dont un d'âge mineur, ont été arrêtés par la police de Québec dans Saint-Roch vendredi après-midi après que l'un d'entre eux eut pointé un fusil à plomb vers une autre personne.
Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a reçu un appel vers 15h signalant qu'un homme avait sorti une arme d'un sac à dos pour la pointer vers un autre individu. L'événement s'est produit rue de la Couronne.
Selon une témoin de la scène, les individus ont traversé le Complexe Place Jacques-Cartier, avant de sortir à l'extérieur, côté rue du Roi. Il y avait alors quatre personnes. «Ils avaient l'air d'une gang de petits thugs [durs]», décrit-elle, précisant que, selon elle, ils n'étaient pas en état d'ébriété.
«Je pense qu'il y en a un qui avait des trucs qu'il ne fallait pas dans son sac», soit une arme à feu, précise-t-elle. À l'intérieur du Complexe Place Jacques-Cartier au moment de l'incident, elle dit n'avoir pas entendu de coups de feu. «Ils ont été peut-être une dizaine de minutes à l'extérieur» avant l'arrivée des policiers, raconte-t-elle.
Deux d'entre eux auraient été arrêtés sur place, derrière la bibliothèque Gabrielle-Roy. «Ils se sont fait fouiller longtemps, jusqu'à tant qu'ils regardent dans les sacs.» Les deux autres se sont sauvés juste avant l'arrivée des policiers, affirme-t-elle. Environ quatre voitures de police, dont un véhicule fantôme, se sont rendues sur place.
Quelques minutes plus tard, les policiers ont intercepté un troisième suspect près de la pharmacie Jean-Coutu, au coin Saint-Joseph et Dorchester.
Les trois hommes ont été interrogés par des enquêteurs du SPVQ. Deux d'entre eux ont été libérés sans accusation. Celui d'âge mineur a été libéré avec promesse de comparaître ultérieurement. «Il pourrait faire face à une accusation d'avoir braqué une arme», indique la porte-parole du SPVQ, Marie-Ève Painchaud.
Le fusil à plomb a été saisi par les policiers. Avec Gabrielle Thibault-Delorme