Située sous le pont ferroviaire de Cap-Rouge, Anacolor fait de la peinture de pièce métallique depuis 40 ans. Cependant, à la suite d'une augmentation de la production, à la fin de 2012, le voisinage a multiplié les plaintes à l'Environnement, qui a documenté plusieurs infractions aux normes pour la qualité de l'air.

Anacolor de retour devant les tribunaux

Alors que ses obligations environnementales étaient sur le point d'entrer en vigueur, l'entreprise Anacolor est retournée devant les tribunaux cette semaine pour demander la suspension de sa certification d'autorisation délivrée par le ministère de l'Environnement (MDDELCC).
Le document autorisait formellement l'usine à poursuivre ses activités, mais l'obligeait à installer avant le 1er février un épurateur qui réduirait ses émissions polluantes de 90 %.
Le MDDELCC a fait savoir hier qu'il entendait contester la dernière requête d'Anacolor. Les deux parties se retrouveront devant un juge vendredi prochain, le 10 février.
L'usine de peinture de pièces métalliques est située sous le tracel de Cap-Rouge. Elle a été l'objet de nombreuses plaintes pour odeurs depuis qu'elle a accru sa production, fin 2012. Des analyses d'air du MDDELCC ont montré que les rejets de l'entreprise dépassaient les normes environnementales pour plusieurs composés organiques volatils - des substances qui servent de solvant à peinture.