Agressions sexuelles sur un ado: un homme trahi par ses cassettes VHS

Les policiers de Québec s’attendaient à trouver des images de pornographie juvénile issues du Web. En fouillant le chalet de leur suspect, ils ont plutôt mis au jour des agressions sexuelles filmées par le propriétaire des lieux.

Pierre Beaulieu, 59 ans, sans antécédent de crimes sexuels, a plaidé coupable jeudi à des accusations de possession et production de pornographie juvénile ainsi que d’agressions sexuelles sur un adolescent âgé de 12 à 15 ans au moment des crimes.

Vers l’an 2000, Beaulieu avait rencontré le jeune homme en pêchant sur le bord de la rivière Saint-Charles à Québec. Les deux sont devenus amis et Pierre Beaulieu amenait l’adolescent boire de la bière et fumer du pot à son chalet de Lac-Beauport.

À quatre reprises, Beaulieu a profité de l’état d’intoxication de l’adolescent pour lui caresser les fesses. À une autre occasion, l’adulte a tenté de faire une fellation et de pénétrer le jeune homme.

À chaque fois, les agressions sexuelles étaient filmées par Beaulieu.

Ce sont ces cassettes VHS, identifiées au prénom de la victime, que les policiers ont trouvées en janvier 2018 lorsqu’un citoyen a dénoncé Beaulieu comme un consommateur de pornographie juvénile.

Pierre Beaulieu a immédiatement admis les agressions.

En plus de photos tirées des vidéos, les policiers ont saisi d’autres images de garçons nus ou en train d’avoir des relations sexuelles.

Chalet «bloqué»

Fait particulier, les policiers ont demandé et obtenu une ordonnance de blocage du chalet du contrevenant à titre de bien infractionnel puisque les agressions sexuelles ont eu lieu à cet endroit. Cette ordonnance, courante dans les dossiers de stupéfiants, est très rarement émise dans les cas d’agressions sexuelles.

Si le ministère public va de l’avant avec la confiscation du bien, l’avocate de Beaulieu, Me Caroline Gravel, entend contester la saisie du chalet lorsque son client aura reçu sa peine, en janvier.