Malcolm Tremblay, propriétaire d'une clinique d'orthèses, prothèses et soins du pied sur la 3e Avenue à Limoilou, avait déjà été arrêté par la police en 2015 après une plainte de violence conjugale. Le comportement de l'homme avait alors nécessité un important déploiement policier, mais aucune accusation n'avait alors été portée contre lui.

Accusé d'inhumation négligente du cadavre de sa conjointe

Malcolm Albert Tremblay a comparu avec quelques jours d'avance au palais de justice de Québec pour être accusé d'avoir été négligent dans l'inhumation d'un cadavre humain, soit celui de sa conjointe Catherine Racine-Ouellet.
Le corps de la jeune femme a été retrouvé en octobre 2016, enseveli sous un amoncellement de pierres.
La femme de 25 ans serait décédée après avoir subi d'importantes hémorragies en donnant naissance à son troisième enfant à Lac-Beauport, en présence de son conjoint
Tremblay, 52 ans, est aussi accusé d'avoir tenté d'entraver, de détourner ou de contrecarrer le cours de la justice.
Malcolm Albert Tremblay a fait avancer sa comparution afin de faire modifier ses conditions de mise en liberté durant les procédures; il voulait pouvoir se déplacer partout au Québec au lieu d'être confiné à la région immédiate.
Tremblay, propriétaire d'une clinique d'orthèses, n'était pas présent à la cour; il s'est fait représenter par son avocat. La soeur de la disparue, Vanessa Racine-Lafleur, elle, y était, avec sa mère à ses côtés.
Sa patience a déjà été mise à rude épreuve par la longueur de l'enquête policière. Elle comprend qu'elle en a maintenant pour des années avant de voir la fin du processus judiciaire. «Il y a encore beaucoup de questions pour nous et c'est ça le plus dur dans l'histoire, témoigne Vanessa. Je cherche à savoir la vérité. Oui, elle est morte après un accouchement, mais comment?»
Le dossier de Malcolm Albert Tremblay reviendra à la cour le 7 décembre.