L'hippodrome de Québec

Absolution conditionnelle pour l'ex-pdg des hippodromes

L'ex-pdg des hippodromes Jacques Brulotte a pu bénéficier d'une absolution conditionnelle après avoir plaidé coupable, au terme de sept ans de procédures, à un abus de confiance.
Le fonctionnaire de carrière a reconnu avoir bénéficié indûment de bonis de rendement d'une valeur de 76 000 $, entre 1999 et 2003, lorsqu'il travaillait pour la Société nationale des courses de chevaux (SONACC).
La poursuite et la défense s'entendaient sur le fait que l'abus de confiance n'a pas été commis dans un contexte de fraude. Jacques Brulotte a plutôt profité du fait que le conseil d'administration croyait que lui aussi, comme tous les autres membres, avait droit à une prime de rendement et qu'aucune question ne lui a été posée.
Dans sa décision sur la peine, le juge Jean-Louis Lemay a souligné que M. Brulotte aurait probablement pu avoir ces mêmes bonis de façon légitimes s'il était resté à son poste de fonctionnaire au ministère de l'Agriculture.
Jacques Brulotte, aujourd'hui âgé de 74 ans, sera aussi en probation durant deux ans. Le retraité devra effectuer 240 heures de travaux communautaires. Tel qu'il l'a offert, l'ancien patron des hippodromes fera un don de 35 000 $ au ministère des Finances du Québec.