Marilyne Potvin a été arrêtée pour une première fois en 2013 pour une fraude de plus de 2 millions $, puis une nouvelle fois mardi dernier. 

16 nouvelles accusations de fraude contre Marilyne Potvin

La femme d'affaires Marilyne Potvin, qui aurait fraudé une vingtaine de ses proches avec ses entreprises de cosmétiques, a vu s'abattre sur elle mardi matin une kyrielle de nouvelles accusations.
La jeune femme de 28 ans a été arrêtée l'automne dernier et accusée de cinq fraudes de plus de 5000 $. Maintenant que l'enquête de la Sûreté du Québec est terminée, la procureure de la Couronne Me Cathy Fortin a déposé mardi matin 16 nouvelles accusations. Au total, 27 personnes, qui vivent surtout à Québec, ont porté plainte à la police pour une fraude alléguée d'environ deux millions de dollars.
À partir du 1er janvier 2010 et jusqu'au moment de son arrestation, Marilyne Potvin aurait, selon la poursuite, incité des amis et des membres de sa famille à investir dans ses sept entreprises d'importation de produits cosmétiques pour peaux foncées. Elle leur faisait notamment miroiter un contrat d'exclusivité avec une compagnie de cosmétiques basée à Paris, contrat qui s'est révélé un faux, selon la poursuite.
Faillite
En échange de leur investissement, Mme Potvin aurait promis à ses proches des dividendes et des actions. Selon le ministère public, aucun investisseur n'a retrouvé sa mise. Certains ont même dû faire faillite.
L'accusée aurait signé pour plus de deux millions de dollars de chèques sans provision. Marilyne Potvin a depuis déclaré faillite. Ses créanciers contestent toutefois la procédure.
La mise en liberté durant les procédures accordée à la jeune femme l'automne dernier a été maintenue par le tribunal mardi. Il lui est toujours interdit de contacter chacun des plaignants.
Marilyne Potvin, qui travaille comme gestionnaire d'immeubles, n'a pas non plus le droit de démarrer une entreprise, directement ou indirectement. Elle doit aussi révéler toute ouverture de compte bancaire à l'enquêteur de la Sûreté du Québec.
Elle avait en vain tenté en juin de ravoir temporairement son passeport pour aller assister au spectacle de Céline Dion à Las Vegas.
Son dossier reviendra devant la cour en octobre.