Nathaly Dufour, alors qu'elle était chef par intérim d’Option nationale, et Florent Michelot (qui était président d'élection)

Jean-Lesage: une ex d’Option nationale se présente pour le PQ

Nathaly Dufour, attachée politique de Martine Ouellet à l’Assemblée nationale et ex-chef intérimaire d’Option nationale, briguera l’investiture du Parti québécois dans la circonscription de Jean-Lesage.

Plusieurs sources ont indiqué au Soleil que Mme Dufour ferait le saut, probablement vendredi matin, dans l’espoir d’être candidate au scrutin provincial du 1er octobre. La principale intéressée a confirmé l’information jeudi en soirée, mais n’a pas voulu commenter ni donner de détails avant l’annonce officielle.

Si elle est faite candidate du Parti québécois (PQ), deux anciens chefs d’Option nationale (ON) pourraient alors s’affronter sur le terrain. Mme Dufour a en effet été chef du défunt parti indépendantiste par intérim, de juin à octobre 2013, après la démission du fondateur Jean-Martin Aussant. Ce dernier est lui aussi retourné au PQ et sera le candidat péquiste dans Pointe-aux-Trembles cet automne. 

Le successeur de Mme Dufour, Sol Zanetti, porte aujourd’hui les couleurs de Québec solidaire (QS) et est déjà officiellement candidat dans Jean-Lesage. M. Zanetti était toujours chef d’ON lors de la fusion avec QS à la fin de 2017.

Souverainiste pressée?

Nathaly Dufour est présentement l’attachée politique de Martine Ouellet au palier provincial, où Mme Ouellet est toujours députée indépendante de Vachon. 

Mme Dufour avait appuyé Martine Ouellet lors de la dernière course à la chefferie du PQ, en 2016. Elle avait d’abord donné son soutien à Véronique Hivon, avant de retourner sa chemise au profit de Mme Ouellet, notamment pour sa position sur l’accession à l’indépendance.

Martine Ouellet était la plus pressée des candidats à la chefferie à tenir un référendum, le promettant dans un premier mandat péquiste. «Elle tient depuis le début un discours assumé et clair, en parfaite adéquation avec ce que je préconise comme approche», disait alors Mme Dufour.

La position de Mme Ouellet allait à l’encontre de celle de l’actuel chef du PQ, Jean-François Lisée, pour qui le référendum n’était pas une option avant 2022.