J’ai ma passe: une voix pour les pro-tramway [VIDÉO]

Une coalition pour l’implantation du tramway à Québec prend forme. J’ai ma passe vise à donner une voix aux personnes en faveur du réseau structurant de transport en commun.

J’ai ma passe rassemble des associations de gens d’affaires, des groupes sociaux et communautaires et des représentants des milieux étudiants. 

«Il y a un consensus important à Québec (…) J’ai ma passe vise à donner une voix à ce consensus pour qu’il se fasse entendre», a lancé mardi en conférence de presse, Julie Bédard, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ).

«Comme dans tout projet, il y aura toujours de la dissidence. Peut-être qu’il y a des groupes plus petits qui se sont manifestés davantage [contre], a-t-elle ensuite précisé. C’est la raison pourquoi aujourd’hui, on dit que ce n’est pas juste la communauté d’affaires, mais que ce sont tous les milieux qui sont solidaires, qui appuient ce projet-là. C’est un projet porteur. C’est le développement économique, c’est l’attractivité de la Ville de Québec qui sont en jeu.» 

Le groupe Restos-Plaisirs, propriétaire de plusieurs établissements, dont le Café du monde et les Cochon Dingue, prend part à la coalition. Pierre Moreau, directeur général du groupe de 900 employés, explique pourquoi.

«Je suis dans une industrie qui vit une crise de main-d’oeuvre. Nous sommes à la recherche d’un bâtiment pour nos activités et notre premier critère était l’accès. J’ai refusé des sites parce qu’il n’y avait aucun accès en transport en commun, raconte-t-il. La majorité de nos employés ont moins de 25 ans, ils n’ont pas de permis et ne veulent pas d’auto. Ils me parlent d’environnement et de gaz à effet de serre.»

Un clin d’oeil

J’ai ma passe est un client d’oeil au défunt J’ai ma place, qui vendait des sièges du futur Centre Vidéotron pour financer une partie de sa construction. L’instigateur de l’époque, Mario Bédard, a d’ailleurs donné sa bénédiction à l’actuelle initiative et promulgue des conseils à l’organisation.

Comme J’ai ma place, J’ai ma passe a pour objectif de fédérer les citoyens autour du projet. Cependant, l’adhésion est gratuite. Les personnes qui s’inscrivent ont droit à des rabais dans les commerces participants, une trentaine à ce jour. Un nombre qu’on souhaite voir croître avec la publicité entourant le projet.

Les adhérents pourront aussi embarquer «en avant-première» à bord du tramway lors de sa mise en service prévue en 2026. L’organisation souhaite atteindre 20 000 membres d’ici l’automne. 

Depuis quelques mois, le projet de tramway est malmené, principalement avec l’incertitude qui entoure son financement. Le fédéral et le provincial ne cessent de se renvoyer la balle, le second accusant le premier de ne pas mettre sur la table la totalité du 1,2 milliard $ promis pour boucler le financement de 3 milliards $. De son côté, Ottawa maintient que l’argent est déjà transféré et que c’est plutôt le gouvernement Legault qui manque de volonté politique pour piger la somme dans les enveloppes disponibles.

À cela, il faut ajouter la pétition mise en ligne il y a deux semaines par l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec, réclamant un référendum sur le tramway. En date de mardi, Québec21 avait recueilli plus de 8560 signatures sur les 10 000 souhaitées.

Pas une réponse

À ce propos, Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables, autre initiateur de la coalition, soutient que le groupe aurait vu le jour, avant ou sans opposition.

«On l’aurait fait pareil. On l’avait imaginé bien avant que le financement devienne un enjeu. On voit ce qui se passe ailleurs dans le monde. Pendant les travaux, il y a des enjeux de stationnement et autres. C’est normal, tu passes dans des milieux de vie. On a une campagne positive plutôt que dénigrante. Il ne faut pas y voir une réponse aux opposants.»

La chambre de commerce, Vivre en ville, Équiterre, Accès transports viables et le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale sont les organismes à la tête de la coalition. Ils ont amassé 100 000 $ auprès de grands donateurs privés pour démarrer la campagne comme la Banque Nationale, l’institut du développement urbain du Québec et le Mouvement Desjardins. 

Pour plus de détails, visitez jaimapasse.org

+

LA VILLE DE QUÉBEC SALUE L'INITIATIVE

Le président du Réseau de transport de la capitale, le conseiller Rémy Normand, salue l’initiative de J’ai ma passe. «Ce que ça va apporter, c’est de faire descendre le projet auprès de la masse silencieuse», a-t-il déclaré. D’ailleurs, la Ville investit 20 000 $ en visibilité à travers la campagne menée par la coalition. 

Un peu plus tôt, le conseiller de Québec21 dans Neufchâtel-Lebourgneuf, Patrick Paquet, s’en prenait au fait que les résidents qui demandent leur passe le fassent davantage pour obtenir les avantages liés à leur adhésion plutôt que par conviction. «Ils ont mis un nanane pour convaincre les gens. Je pense que c’est un peu hypocrite», soutient-il. Son chef, Jean-François Gosselin, en a rajouté, en soulignant que la pétition actuellement en cours pour demander un référendum sur le tramway se déroule sans promesse de retour envers les signataires. La critique a aussitôt été rejetée par M. Normand. « C’est simplement une façon d’appliquer un concept qui a bien marché pour l’amphithéâtre et qu’on applique à d’autres fins.»