Le ministre des Transports du Québec, André Fortin, estime que ce sont les usagers de la STO qui sortent gagnants de cet investissement conjoint du fédéral et du provincial.

Investissement de 36 millions $ pour la STO

La Société de transport de l’Outaouais (STO) reçoit 36 millions $ de Québec et d’Ottawa pour réaliser huit projets, dont l’achat d’une trentaine d’autobus hybrides et la construction de nouveaux stationnements incitatifs pour les secteurs Masson-Angers et Buckingham.

Toute une brochette d’élus fédéraux, provinciaux et municipaux – dont les ministres André Fortin et Stéphanie Vallée — se trouvait lundi matin au parc-o-bus de la rue Georges pour participer à l’annonce de cet investissement conjoint.

Sur les 36 millions $ octroyés à la STO, 20 millions $ proviennent d’Ottawa, tandis que la part du Québec est de 16 millions $. La STO financera quant à elle 10 % des dépenses, soit environ 4 millions $.

La plus grosse part des dépenses est consacrée à trois projets d’acquisition d’autobus hybrides, pour un total de 36 véhicules. Certains de ses autobus ont déjà été achetés, tandis que les autres le seront d’ici les prochains mois.

Un montant de 1,5 million $ sera dépensé pour remplacer deux parc-o-bus existants, soit ceux d’Angers et de l’Encan.

« On cherche à augmenter le nombre de cases [de stationnement] », a fait savoir la présidente de la STO, Myriam Nadeau, en précisant que les nouveaux sites ne sont pas encore déterminés.

Le garage de la STO de la rue Jean-Proulx, dans le secteur Hull, subira pour sa part des rénovations de 2 millions $ visant notamment à adapter les ateliers pour l’entretien des autobus hybrides. Un « système de maintenance assistée par ordinateur » fait aussi partie des projets financés.

Des feux prioritaires pour les autobus seront également installés sur différentes artères, soit sur les boulevards Saint-Raymond, Gréber, Fournier et Saint-Joseph, de même que sur l’axe Alexandre-Taché/Aylmer.

Le député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, a souligné que ces différents travaux « vont améliorer la fiabilité des services » de la STO.

Le ministre des Transports, André Fortin, a de son côté fait valoir que les usagers de la STO seront les grands gagnants de ces investissements.

« La réduction des temps de déplacement, ça va directement à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, a-t-il dit. Moins de temps passé dans le trafic, moins de temps passé dans les autobus, ça veut dire plus de temps à faire ce qu’on aime avec les gens qu’on aime. »

M. Fortin a reconnu que certains des projets annoncés lundi, comme l’achat d’autobus hybrides, « sont déjà amorcés ».

« Il y a des choses effectivement qui étaient déjà dans les plans de la STO, mais ce qui est important de savoir, c’est que maintenant, ce que [les gestionnaires de] la STO prévoyaient financer par exemple à 25 %, ils n’auront qu’à le financer à 10 %, ce qui leur permet de faire davantage de projets », a mentionné le ministre des Transports.