Insolite

Une députée britannique reporte sa césarienne pour pouvoir voter sur le Brexit

LONDRES — La députée travailliste Tulip Siddiq a reporté la césarienne qu’elle devait subir mardi pour pouvoir voter au Parlement britannique sur l’accord de Brexit négocié par la première ministre Theresa May avec l’Union européenne.

La députée de Hampstead & Kilburn (nord de Londres), par ailleurs nièce de la première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a repoussé la date de l’opération de deux jours et «compte être poussée en fauteuil roulant par son mari Chris» jusqu’au Parlement, selon le quotidien britannique Evening Standard.

«Si mon fils vient au monde même un jour plus tard que les médecins l’ont conseillé, mais que ce monde offre de meilleures chances de relation solide entre le Royaume-Uni et l’Europe, alors ça vaut le coup de se battre», a justifié la femme politique de 36 ans.

Généralement les parlementaires en fin de grossesse, venant d’accoucher ou malades peuvent se reposer sur un système informel de «jumelage» : les députés de partis rivaux s’accordent tous les deux pour manquer un vote, annulant ainsi les conséquences de leur absence. Mais cela demande des négociations et l’accord des whips, les députés chargés de faire respecter la discipline au sein des partis, un accord qu’ils risquent de ne pas donner lorsqu’il s’agit d’un vote crucial.

Tulip Siddiq a déclaré au Evening Standard ne pas faire confiance au système de jumelage.

En juillet 2018, le président du Parti conservateur, Brandon Lewis, avait rompu un engagement pris avec Jo Swinson, responsable adjoint des libéraux démocrates. Il s’était ensuite excusé et avait plaidé «l’accident».

«Si le système de jumelage n’est pas respecté, je ne peux rien faire, et ça va être un vote très serré», souligne Mme Siddiq, qui défend, comme des députés de tous bords politiques, de permettre le vote par procuration.

Un débat avait été organisé sur ce sujet il y a un an mais aucun changement n’a encore été fait, a regretté le président de la Chambre des communes, John Bercow, jugeant cela «franchement lamentable».   

Insolite

En Israël, une oeuvre représentant Ronald McDonald’s crucifié scandalise

JÉRUSALEM - Deux oeuvres dont une représentation du clown symbole de la chaîne McDonald’s crucifié à la façon du Christ ont déclenché les foudres des chrétiens en Israël, qui ont exigé son retrait d’une exposition dans un musée du pays.

«McJesus», une sculpture de Ronald McDonald de l’artiste finlandais Jani Leinonen, est actuellement exposée au musée d’art de Haïfa (nord), accompagnée d’une figurine représentant Jésus sous la forme d’une poupée Ken crucifiée et souriante.

Ces deux oeuvres font partie de «Sacred Goods» (biens sacrés), une exposition sur le consumérisme inaugurée en août dans cette ville côtière.

Des images des deux oeuvres ont circulé sur les réseaux sociaux la semaine dernière, suscitant la colère des membres de la petite communauté chrétienne locale.

Vendredi dernier, lors d’un rassemblement devant le musée, trois policiers ont été blessés par des jets de pierres et, ces derniers jours, le bâtiment a été la cible de deux cocktails Molotov.

Après plusieurs rencontres avec des représentants de la communauté chrétienne, le musée a décidé d’installer des panneaux à l’entrée de l’exposition signalant des «contenus offensants», a précisé à l’AFP lundi une porte-parole du musée.

Mais les responsables chrétiens ont saisi la justice afin d’obtenir le retrait des deux oeuvres.

L’exposition questionne la religion et la foi dans le contexte de la culture consumériste, a encore expliqué la porte-parole du musée dans une déclaration envoyée à l’AFP lundi.

McJesus, créé par un artiste chrétien, a été exposé «dans de nombreux musées européens», selon le communiqué.

L’artiste, Jani Leinonen, s’est fait connaître par des oeuvres polémiques dénonçant les pratiques des grandes multinationales en détournant leurs symboles.

«Nous ne sommes pas en Europe, nous sommes en Israël», a rappelé Wadie Abou Nassar, porte-parole de groupes chrétiens de Terre Sainte, jugeant une telle image blasphématoire.

Selon lui, 130.000 à 140.000 chrétiens vivent en Israël, membres de la minorité arabe qui représente presque 20% des plus de huit millions d’Israéliens.

«En Israël, de telles expositions contre les musulmans et les juifs seraient taboues, mais contre les chrétiens, elles sont autorisées», a-t-il critiqué.

La campagne a également surpris M. Leinonen, qui avait exigé en septembre dernier que le musée retire son oeuvre afin de «protester contre les violations des droits humains commises en Israël» et a réitéré sa demande à l’occasion de cette controverse.

«Israël utilise ouvertement des expositions d’art comme celle-ci et la culture en général comme une forme de propagande pour blanchir ou justifier son régime d’occupation, de colonisation et d’apartheid contre le peuple palestinien», a-t-il écrit dans un communiqué à l’AFP lundi.

La porte-parole du musée a expliqué de son côté que «McJesus» avait été prêté par une galerie finlandaise.

«La galerie n’a jamais demandé au musée de retirer cette oeuvre», a-t-elle dit.

+

Insolite

Boston souligne le centenaire de la grande inondation de mélasse [PHOTOS]

BOSTON - La ville de Boston a souligné lundi le centième anniversaire de la catastrophe la plus inusitée de son histoire - la grande inondation de mélasse.

Le drame a débuté sans avertissement en milieu de journée le 15 janvier 1919, quand un immense réservoir contenant près de neuf millions de litres de mélasse a soudainement cédé, envoyant une gigantesque vague visqueuse et gluante dans les rues du quartier North End.

La première vague faisait près de huit mètres de haut, soit pratiquement la hauteur des poteaux des buts dans la NFL, et elle a tout balayé sur son passage, faisant 21 morts et 150 blessés. Plusieurs édifices ont été abîmés ou carrément anéantis.

Impossible d’essayer de devancer la vague, qui fonçait à 56 kilomètres/heure; en comparaison, l’homme le plus rapide de la planète, Usain Bolt, a sprinté à un peu moins de 45 kilomètres/heure pour établir son record du monde.

Le réservoir appartenait à la compagnie Purity Distilling, qui utilisait la mélasse pour produire de l’alcool avant la prohibition. La catastrophe s’est produite dans le quartier le plus ancien de la ville, un secteur prisé aussi bien des touristes que des résidants.

+

Insolite

Une montre végétale pour illustrer la fragilité de la nature

GENÈVE - La marque horlogère suisse H. Moser a présenté lundi au salon de Genève une montre végétale, couverte de lichens, mousses et fleurs des Alpes pour illustrer la fragilité de la nature face au changement climatique.

Sa durée de vie dépendra du soin qui lui est apporté, précise cette petite marque de luxe qui a pris l’habitude de dévoiler chaque année une pièce unique pour se démarquer sur ce salon.

La montre, appelée Moser Nature, un jeu de mots par rapport la version anglaise de l’expression Mère Nature (Mother Nature) est conçue pour durer, être transmise comme n’importe quelle montre de luxe, à condition toutefois de savoir en prendre soin, insiste la marque.

«C’est un projet que nous avons lancé il y a dix-huit mois», expliqué Édouard Meylan, son directeur général, lors d’un entretien avec l’AFP au salon international de la haute horlogerie (SIHH).

«Nous avions fait des croquis, mais il y a encore trois mois je n’étais pas encore certain que le projet puisse voir le jour. Et puis un jour, notre responsable technologique, qui aime aussi beaucoup jardiner, est arrivé avec une solution», retrace-t-il.

Cette montre mécanique est construite autour d’un boîtier en acier de 42 millimètres parsemé de mousses, cressons et minuscule echeverias. Son cadran est fabriqué à partir de pierres et lichens des Alpes tandis qu’un fin gazon pousse sur le bracelet, qui doit être entretenu à l’aide d’une mini-tondeuse.

+