Illustration du manchot géant «Crossvallia waiparensis»

Un fossile de manchot géant découvert en Nouvelle-Zélande [PHOTOS]

WELLINGTON — Le fossile d’un manchot mesurant quasiment la taille d’un homme adulte a été découvert dans l’Ile-du-Sud en Nouvelle-Zélande, ont annoncé mercredi des scientifiques.

Cet oiseau marin géant, baptisé «Crossvallia waiparensis», faisait 1,6 m de haut et pesait 80 kg, ce qui le rendait plus grand de 40 cm et quatre fois plus lourd que l’actuel manchot empereur, ont-ils précisé. Il vivait au Paléocène, il y a 66 à 56 millions d’années.

Des os d’une patte de cet oiseau géant avaient été retrouvés l’an dernier par un chasseur de fossiles amateur. L’existence d’une nouvelle espèce a été confirmée cette semaine dans une publication de la revue «Alcheringa: An Australasian Journal of Palaeontology».

C’est le deuxième fossile de manchot géant du Paléocène découvert dans la même zone, a souligné Vanesa De Pietri, chercheuse au Musée de Canterbury. «Cela renforce notre théorie selon laquelle les manchots atteignaient de grandes tailles au début de leur évolution», a-t-elle dit.

La Nouvelle-Zélande est connue pour ses oiseaux géants aujourd’hui disparus, comme le moa («Dinornis»), qui s’est éteint à la fin du XVIIIe siècle, le plus grand oiseau - incapable de voler - qui ait jamais existé avec 3,60 m de haut pour quelque 200 kg, ou l’aigle de Haast de près de trois mètres d’envergure.

La semaine dernière, le musée de Canterbury a annoncé la découverte en Nouvelle-Zélande des restes d’un perroquet géant qui mesurait près d’un mètre de haut, pesait jusqu’à 7 kg et vivait voilà 19 millions d’années.

+

Le Dr Paul Scofield, du Musée de Canterbury, montre un fossile de «Crossvallia waiparensis» près d’un spécimen de manchot Empereur, au musée Canterbury à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, mercredi.
Un tibio-tarse de «Crossvallia waiparensis» comparé à celui d’un manchot empereur
Un tarso-métatarse de «Crossvallia waiparensis» comparé à celui d’un manchot empereur