Crâne provenant de Namibie, une colonie africaine qui a été sous l'autorité allemande de 1884 à 1915.

Plus de 1000 crânes et ossements africains entreposés à Berlin 

Plus d'un millier de crânes et d'ossements d'Africains de l'Est, apportés en Allemagne pour la «recherche scientifique raciale» pendant l'ère coloniale, sont encore stockés à Berlin par une institution publique, a rapporté mardi la chaîne publique allemande ARD.
La chaîne de télévision publique affirme avoir obtenu des listes détaillant les restes humains toujours détenus par la Fondation de l'héritage culturel prussien, qui gère les musées d'État de la capitale.
La plupart des crânes et des os sont marqués comme provenant des anciennes colonies allemandes de l'Afrique de l'Est, dont 1003 du Rwanda et 60 de Tanzanie. Parmi eux se trouvent 10 crânes d'enfants.
Certains de ces restes humains, gardés dans l'entrepôt principal de la Fondation, proviennent d'insurgés qui avaient été décapités par les troupes allemandes. Leurs crânes ont ensuite été envoyés à Berlin pour des expériences «scientifiques».
Interrogé par l'ARD sur la présence de ces ossements, le directeur de la Fondation, Hermann Parzinger, a déclaré que son organisation «est tout à fait prête à les restituer».
Depuis 2011, l'Allemagne a notamment restitué à la Namibie, une autre ancienne colonie, plusieurs dizaines de crânes de guerriers Héréro qui avaient été ramenés à Berlin pour des expériences censées prouver la supériorité des Blancs sur les Noirs.
Berlin et Windhoek négocient actuellement une déclaration commune dans laquelle l'Allemagne va s'excuser pour le génocide des peuples Héréro et Nama au début du XXe siècle.