La traque du lynx a occupé ces deux derniers jours une équipe formée d'une dizaine de gardiens animaliers et de policiers, qui ont reçu plusieurs témoignages d'habitants de Washington affirmant avoir aperçu l'animal.

Ollie, le lynx est rentré au bercail au zoo de Washington

Le Zoo national de Washington a récupéré mercredi sa femelle lynx nommée Ollie, dont la cavale a tenu en haleine les internautes de la capitale après que l'animal était parvenu à s'échapper lundi de son enclos.
«Elle est rentrée directement à la maison, sans s'être trop éloignée», s'est félicité dans une conférence de presse Craig Saffoe, responsable des fauves de l'établissement.
«Elle voulait sortir, s'amuser un peu, voir comment c'était dehors», a-t-il expliqué. Il avait plus tôt estimé que le félin en vadrouille avait trouvé refuge dans l'un des parcs arborés de Washington et que sa capture serait irréalisable.
«Quand vous retrouvez un membre de votre famille qui était porté disparu, cela vous remplit d'une joie folle», a confié M. Saffoe.
Fuir Trump...
La cavale d'Ollie, âgée d'environ 7 ans, a fait 48 heures durant le bonheur des internautes, qui affirmaient que l'animal avait fui le nouveau climat politique sous Donald Trump, dont les fils Don et Eric sont des adeptes de safaris en Afrique.
Ollie ne pose aucun danger aux habitants et peut très bien s'adapter à sa vie en liberté en se nourrissant de rongeurs et d'oiseaux, avait rassuré le zoo.
Une douzaine d'écoles du quartier ont toutefois gardé mardi leurs élèves à l'intérieur au moment des récréations, avant de mettre fin à cette mesure de précaution.
La traque du félin a occupé ces deux derniers jours une équipe formée d'une dizaine de gardiens animaliers et de policiers, qui ont reçu plusieurs témoignages d'habitants du voisinage affirmant avoir aperçu l'animal.
«C'était encore plus hasardeux que de chercher une aiguille dans une meule de foin», a résumé Brandie Smith, une responsable du zoo.
Les recherches avaient finalement été interrompues mercredi dans un souci de «pragmatisme».
Le bonnet à oreilles de chat est devenu aux États-Unis un symbole de la résistance à la politique de Donald Trump, et la photo d'Ollie était largement partagée sur les réseaux sociaux avec des commentaires politiques.
La fuite d'Ollie prouve que dresser des murs est inutile, ont souligné des internautes en référence à son projet de mur à la frontière mexicaine ainsi que la fermeture sélective des frontières américaines.