De faux billets destinés à l'industrie du cinéma (à gauche) circulent dans la capitale depuis le 6 août. Ceux-ci portent l'inscription «Motion Picture Purposes» dans le haut au lieu de «The United States of America» et «One Hundred» à l'arrière au lieu de «One Hundred Dollars». L'inscription «In God We Trust» est également absente et Benjamin Franklin semble sourire.

Gare aux faux 100 $ américains!

La police de Québec met la population en  garde contre de faux billets de 100 $ américains destinés à être utilisés dans l'industrie du cinéma qui circulent dans la capitale depuis le 6 août.
La mise en garde fait suite à l'arrestation d'un suspect pour utilisation de fausse monnaie le 22 août. L'homme avait en sa possession des billets de 100 $ qui portent l'inscription «Motion Picture Purposes» dans le haut au lieu de «The United States of America» et «One Hundred» à l'arrière au lieu de «One Hundred Dollars». L'inscription «In God We Trust» est également absente et Benjamin Franklin semble sourire sur les fausses devises.
D'autres suspects sont toutefois toujours en liberté et d'autres imitations de billets de 100 $ utilisables seulement pour des tournages seraient cependant encore en circulation à Québec.
La police de Québec invite donc la population et les commerçants à être vigilants lorsque les clients utilisent ces gros billets pour acheter des articles à bas prix. Les personnes qui croient être en possession d'un de ces faux billets ou qui croient avoir été en contact avec un des suspects sont invitées à communiquer avec la police de Québec au 418 641-2447 ou 1 888 641-2447.
Même Robert Pattinson
Il y a quelques semaines, des imitations de faux billets de 20 $ américains ont été rapportées en Pennsylvanie. En août, la vedette de la série Twilight, le comédien Robert Pattinson, a avoué s'être lui-même fourvoyé lors du tournage l'an dernier du film Good Time et avoir par erreur utilisé des imitations de billets de 100 $ qu'il avait dans ses poches pour faire de «vrais» achats. 
Cependant, en matière d'utilisation d'imitations de dollars destinés au cinéma, rien ne s'approche de cet événement survenu lors du tournage du film Heure Limite 2 à Las Vegas avec Jackie Chan et Chris Tucker en 2000.
Après chaque prise d'une scène où un casino explose, des centaines de milliers d'imitations de billets de 100 $ flottaient dans les airs. Il a fallu plusieurs jours pour compléter le tournage de cette scène, mais plusieurs billets ont alors été ramassés par des passants ou des figurants, dont certains ont tenté de les utiliser comme du véritable argent dans divers commerces de Las Vegas.
Les services secrets américains ont même été dépêchés sur place, saisissant plus de 100 millions $ d'imitations de dollars et accusant le fabricant, Independent Studio Services de production de fausse monnaie.
Le propriétaire de l'entreprise a éventuellement dû détruire la totalité de ses stocks d'imitations de billets, soit plusieurs milliards, puisque les services secrets estimaient qu'ils ressemblaient trop à de vrais billets, et ce même s'il y avait 28 différences par rapport à un billet vert véritable.
L'autre firme spécialisée dans l'impression d'imitations de billets pour l'industrie du cinéma, Earl Hays Press, avait vu ses stocks confisqués en 2000 après qu'un groupe metal ait fait pleuvoir de ses billets sur une foule lors du tournage d'un vidéoclip. Certains des participants avaient tenté d'utiliser les imitations alors que d'autres les avaient mis en vente sur le site d'enchères eBay.
La loi américaine stipule que les reproductions de billets doivent être au moins 75 % plus petites ou 150 % plus grandes que les vrais billets, n'avoir qu'une seule face et une seule couleur. Par souci de réalisme, plusieurs maisons de production utilisent alors de vrais billets placés au-dessus d'une pile de billets blancs dans certaines scènes.