L’urne de Barry John Edwards a été retrouvée dans le haut de la garde-robe d’une femme à Saint-Félix de Kingsey.

Elle trouve une urne dans la garde-robe

Annie Hamel, de Saint-Félix de Kingsey, a eu toute une surprise en préparant le déménagement de sa fille. Elle a trouvé une urne contenant les cendres d’un certain Barry John Edwards, possiblement décédé en 1995, dans la garde-robe d’une chambre à coucher. Les deux femmes veulent retrouver les proches de cet homme afin de leur remettre l’urne.

La locataire occupe ce logement depuis environ deux ans. Selon Annie Hamel, qui est aussi la propriétaire du bloc, sa fille ne s’est jamais sentie à l’aise dans ce logement. C’est en préparant ce déménagement que Mme Hamel a fait cette surprenante découverte.

« Hier, je suis allée l’aider à faire des boîtes. Il y avait un sac à souliers sur la dernière tablette. Ma fille m’a dit qu’elle l’avait vu quand elle avait emménagé, mais qu’elle n’avait jamais osé l’ouvrir, car elle avait un peu peur. Quand je l’ai ouvert, j’ai trouvé l’urne », explique la propriétaire de l’immeuble centenaire.

« On a appelé au centre de crémation pour leur demander ce que l’on pouvait faire avec ça, poursuit-elle. Ils ont pris le numéro de contrat et ont confirmé que ça avait été fait à leur salon en 1995. Je ne sais pas combien de locataires il y a eu depuis ce temps-là, car je suis propriétaire depuis deux ans et demi. »

L’employée du crématorium de Longueuil n’avait jamais entendu une telle histoire. « Elle s’est informée et on lui a répondu qu’on pouvait aller leur porter les cendres et qu’ils les mettraient dans une fosse commune. Nous ne sommes pas à l’aise avec ça. Par respect pour la personne et pour la famille, on va tenter de trouver des proches de cette personne », assure-t-elle, motivée.

« On va essayer fort, continue Annie Hamel. On va regarder toutes les avenues. Sinon, on va regarder pour en disposer nous-mêmes et faire une petite cérémonie. »

Si des gens ont des informations sur ce Barry John Edwards, ils sont invités à prendre contact avec Mme Hamel sur le statut Facebook qu’elle a créé lundi soir. « J’ai lancé un appel à tous sur Facebook. Il n’y a pas encore de réponse. On va tenter de pousser ça un peu plus loin. Je vais rappeler au centre afin d’avoir un peu plus d’informations », confirme-t-elle.

Mme Hamel n’a pas encore contacté les anciens propriétaires de bloc. D’autres démarches seront faites pour retrouver des proches de Barry John Edwards.