Deux touristes français attaqués par des singes au Taj Mahal

NEW DELHI - Les autorités indiennes ont recommandé mardi aux touristes de se tenir à l’écart des singes après qu’un groupe de primates a légèrement blessé deux visiteurs français au Taj Mahal.

Les touristes souffrent d’égratignures et marques de morsures après avoir été poursuivis et assaillis par des singes alors qu’ils prenaient des photos dans l’enceinte du plus célèbre monument d’Inde.

«Ils prenaient des selfies devant le Taj Mahal lorsqu’une bande de singes les a attaqués», a déclaré à l’AFP l’officier de police touristique R. V. Panday. Les victimes ont reçu les premiers soins sur place.

Des hordes de singes rôdent dans le complexe du Taj Mahal et les gérants du site peinent à les empêcher de harceler les visiteurs. Ils conseillent de les éviter et de ne surtout pas les nourrir.

Bien que révérés dans cette nation à majorité hindoue, les singes représentent une menace dans de nombreuses villes indiennes. Ils peuvent saccager des jardins, des bureaux et des toits, s’en prennent parfois à des gens pour voler leur nourriture.

Selon leurs défenseurs, ces problèmes découlent de l’empiétement des zones urbaines sur leur habitat naturel.

L’année dernière, une touriste avait été blessée en essayant de récupérer son sac chapardé par un primate au Taj Mahal.

L’Inde compterait quelque 50 millions de singes, dont environ 10 000 à Agra, ville de l’iconique mausolée moghol. Selon des chiffres officiels, ils ont mordu 1.900 personnes dans la capitale New Delhi en 2016.