Des chercheurs veulent étudier la vie amoureuse des requins

HALIFAX - Un grand requin blanc populaire sur les médias sociaux a décidé de prolonger son séjour dans le Canada atlantique, une preuve de plus aux yeux d'un chercheur que les eaux de la Nouvelle-Écosse sont devenues un haut lieu de la vie amoureuse des squales.

Le groupe américain Ocearch a relaté sur Twitter les voyages effectués par un requin de 600 kilogrammes nommé Hilton le long de la côte Est au cours des derniers mois, charmant quelque 17 500 abonnés avec des messages empreints d'ironie.

Hilton, qui a été étiqueté par Ocearch en Caroline du Sud au mois de mars, a fait sa première apparition au large de la Nouvelle-Écosse au début d'août. Il a fait sa plus récente escale dans la baie Mahone.

Selon le fondateur d'Ocearch, Chris Fischer, Hilton semble chercher l'amour au sud de la Nouvelle-Écosse et il croit que le requin aura l'embarras du choix.

M. Fischer a révélé que son groupe de recherche, basé aux États-Unis, espérait obtenir la permission d'Ottawa pour lancer une expédition dans l'est du Canada l'automne prochain afin d'identifier les potentiels sites d'accouplement de squales dans la région.

Il a ajouté qu'Ocearch était prêt à investir entre 500 000 $ et 1 million $ dans cette expédition, qui pourrait mener à des études innovatrices sur les mystérieuses habitudes d'accouplement des requins.

Les représentants de Pêches et Océans Canada n'ont pas immédiatement répondu aux demandes d'entrevue à ce sujet.

Hilton n'est pas le seul requin à avoir été aperçu près de la Nouvelle-Écosse dernièrement. Un grand requin blanc de 300 kilogrammes affectueusement baptisé Pumpkin a été vu dans le bassin Minas en juillet et un autre grand requin blanc de 900 kilogrammes nommé Lydia, qui possède aussi son propre compte Twitter géré par Ocearch, compte parmi les deux squales à avoir été repérés dans la région il y a un an.