Cafétéria pas payée? Des parents américains menacés de perdre la garde des enfants

NEW YORK — Dans une académie scolaire du nord-est de la Pennsylvanie, aux États-Unis, des parents qui tardaient à régler leurs factures de cafétéria ont été menacés par les responsables de la zone d’éducation de se voir retirer la garde de leurs enfants.

«Votre enfant a été envoyé à l’école chaque jour sans argent et sans petit-déjeuner ou déjeuner», a écrit, début juillet, l’un des responsables du Wyoming Valley West School District aux parents qui devaient plus de dix dollars au restaurant scolaire.

«Ceci constitue un manquement à l’obligation de proposer une nourriture adaptée à votre enfant», poursuit la lettre, dont ont fait état plusieurs médias américains et qui prévient ces parents qu’ils peuvent, de ce fait, être convoqués au tribunal.

En cas de convocation, «les conséquences peuvent être (...) le placement de votre enfant dans un foyer», avertit la lettre. Contacté par l’AFP, les responsables de l’académie n’ont pas donné suite.

Ancien bastion de l’industrie du charbon, la région est aujourd’hui sinistrée économiquement.

La totalité des sommes dues atteint 22 000 $US, sur un budget annuel de 80 millions $US, a indiqué à la radio publique NPR Joseph Mazur, le président de l’académie.

Il a précisé que cette lettre faisait suite à plusieurs vagues de relances, par courriers, courriers électroniques, appels préenregistrés et appels effectués par des agents.

«Je pense que vous devez payer vos factures», a fait valoir Joseph Mazur. «Toute ma vie, j’ai payé les miennes. C’est pareil pour tout le monde. Parfois, il faut vous priver pour élever vos enfants et vous assurer que leurs besoins sont satisfaits.»

Interrogé par NPR sur la somme, relativement modeste par rapport au budget de l’académie, le président a expliqué que le district avait dû supprimer des postes et priver les enfants de certains cours pour équilibrer son budget.

«Si le conseil d’administration était méchant et cruel, il aurait demandé d’arrêter de servir des repas (aux enfants qui n’avaient pas de quoi payer), mais il ne l’a pas fait», a-t-il souligné, expliquant que plusieurs parents avaient réglé leurs factures depuis l’envoi de la lettre.

Pour autant, la lettre a suscité une vague d’indignation. «Aucun enfant ne devrait s’imaginer l’horreur d’être retiré à ses parents parce qu’ils ont des difficultés économiques», a écrit, sur son compte Twitter, le sénateur de Pennsylvanie Bob Casey. «Ces lettres étaient insensibles et n’auraient jamais dû être envoyées».

+

La lettre envoyée aux parents par le Wyoming Valley West School District