Alors que l'imam Hamza Chaoui a déjà obtenu un permis, Kathleen Weil a répondu qu'elle «ressent des préoccupations» concernant «la sécurité publique».

Imam controversé: Kathleen Weil forcée de battre en retraite

Après avoir voulu faire taire un imam controversé pour ses propos sexistes et homophobes, la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, est forcée de battre en retraite.
Dans un point de presse laconique, vendredi, elle a répété que les propos de Hamza Chaoui sont inacceptables, tout en étant incapable de préciser les moyens à la disposition du gouvernement pour le museler.
Jeudi, elle avait demandé à la Ville de Montréal de ne pas émettre le certificat d'occupation au centre communautaire islamique où l'imam rigoriste d'origine marocaine veut prêcher. Or le permis a déjà été délivré par l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.
La ministre a fait attendre la presse parlementaire un bon moment vendredi, avant de se présenter pour ce qui ne devait être qu'une déclaration sans répondre à des questions. Finalement, au cours d'un bref échange, elle a indiqué que l'État regarde tout ce qui est à sa disposition, en mentionnant parmi les moyens la prévention, la détection et la répression, sans expliquer plus amplement ses propos.
Elle a aussi affirmé que ce n'est parce qu'elle ne donne pas de réponse concrète que les choses ne se font pas.
En outre, elle a précisé que la Ville de Montréal est en train d'examiner le dossier.
Selon ce que rapporte le quotidien La Presse, Hamza Chaoui professe une version rigoriste de l'islam. Il considère notamment que l'islam et la démocratie sont «complètement» incompatibles puisque la démocratie permet l'élection «d'un mécréant ou bien d'un homosexuel ou d'un athée qui affirme l'inexistence d'Allah».