L’île Brion
L’île Brion

Îles-de-la-Madeleine: Québec autorise la chasse aux phoques sur une partie de l’île Brion

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Le gouvernement du Québec autorise une chasse structurée aux phoques gris sur une partie de l’île Brion. Tout en amorçant l’acquisition de connaissances sur la flore et les habitats d’oiseaux de cette réserve écologique, il répond ainsi aux demandes de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine.

Cette chasse fera l’objet d’observations scientifiques universitaires dès l’hiver prochain. Le projet de recherche, mené par le professeur Stéphane Boudreau de l’Université Laval, visera à documenter les impacts potentiels de la taille croissante de la colonie de phoques gris sur la faune et la flore de l’île, dont certaines espèces sont menacées ou vulnérables. 

Concilier protection de l’environnement et chasse

Cette décision de permettre la chasse sur une section limitée de la plage de l’île Brion découle des consultations tenues par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement. «La partie ouest de l’île sera le premier milieu naturel désigné par un plan en vertu de la loi sur la conservation du patrimoine naturel, précise le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette. Nous mettrons les mesures adéquates sur pied pour faire cohabiter la protection des espèces qui se trouvent dans cette zone et la chasse aux phoques [...]. Cette décision démontre qu’il est possible de concilier la protection de l’environnement et une utilisation durable des ressources naturelles renouvelables, notamment dans un milieu insulaire qui dépend de la mer.»

Le président de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine se réjouit du fait que les intervenants locaux aient été entendus. «Pour la collectivité des Îles-de-la-Madeleine, le secteur de l’île Brion constitue un lieu d’une valeur inestimable et nous saurons concilier protection des écosystèmes fragiles de l’île Brion et chasse sous observation aux phoques gris […]», assure Jonathan Lapierre.