Les communications aux Îles-de-la-Madeleine, interrompues depuis tôt jeudi matin, ont été rétablies vers 22h jeudi soir entre l’archipel et le continent.

Îles-de-la-Madeleine: les communications rétablies, mais toujours fragiles

GASPÉ — La rupture des communications entre l’archipel et le continent survenue jeudi «vient confirmer les inquiétudes formulées depuis longtemps» par les Madelinots auprès des gouvernements successifs à propos de la précarité du réseau, dit le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre. Une fois l’urgence passée, le problème devra être réglé à long terme, réclame-t-il.

À la suite de vents de 130 kilomètres/heure, un câble sous-marin de fibre optique a été sectionné à 30 kilomètres des Îles-de-la-Madeleine. Les Madelinots ont été privés de cellulaire, d’Internet et d’interurbains pendant une longue journée. Aucune transaction bancaire n’était possible; la télémédecine et le 911 étaient aussi en panne.

LIRE AUSSI Les Îles coupées du continent

L’événement «en dit long» sur la vulnérabilité des Îles, dit le maire. «Il faut d’abord rétablir un réseau parallèle temporaire. Ensuite, on va s’asseoir avec nos partenaires pour trouver une solution pérenne.»

«Il n’y a personne à blâmer», dit M. Lapierre. Il insiste sur la spécificité des Îles, isolées au milieu du golfe et donc à la merci des caprices de la météo.

Le président du Réseau intégré de communications électroniques des Îles-de-la-Madeleine (RICEIM), Claude Cyr, est plus sévère : «Ça fait plus de deux ans qu’on fait valoir cette précarité auprès du ministère concerné [Économie et Innovation]. S’il fait le choix de retarder les réparations, s’il y a un bris, il faut qu’ils l’assument», a-t-il déclaré à la radio locale CFIM. Depuis 2016, cet organisme sans but lucratif, propriétaire des câbles sous-marins, fait valoir la fragilité de ces câbles, usés prématurément par l’érosion.

En décembre 2017, le gouvernement Couillard s’est engagé à débourser les 8 à 12 millions de dollars nécessaires pour rénover les deux câbles, les remplacer ou en installer un troisième. On en est toujours à l’étude des scénarios.

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, a invité la ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, à mettre le dossier à jour.

Précaire

Le deuxième câble sous-marin a permis de rétablir les communications jeudi soir, mais son état est incertain, indique le maire Lapierre : «Est-il endommagé? On ne le sait pas, car aucune inspection visuelle n’a pu être faite. Avec un seul câble, il pourrait être sectionné à la prochaine tempête et on replongerait dans le néant.»

«C’est un système encore très fragile et très précaire sur lequel on ne peut pas compter à long terme. D’où la nécessité de mettre en place un système alternatif de communication par satellite pour tout le monde, le plus rapidement possible», a indiqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Un avion des Forces armées canadiennes chargé de personnel et d’équipement a atterri vendredi aux Îles pour prêter main-forte aux Madelinots.

Hydro-Québec a aussi dépêché environ 50 employés sur l’archipel pour réparer son réseau. Les vents ont renversé plus de 30 poteaux électriques. L’érosion côtière en a déchaussé d’autres, qu’il faudra solidifier. Des 7000 clients d’Hydro-Québec aux Îles, entre 2000 et 3000 étaient encore privés d’électricité vendredi soir.

Les vols commerciaux ont repris vendredi à l’aéroport des Îles, où la panne de communications avait mis hors service le système de navigation de NAV Canada.

Par ailleurs, la Croix-Rouge et les équipes municipales ont pris en charge les 19 aînés dont l’immeuble à logements a brûlé vendredi à Havre-aux-Maisons. Ils seront relogés dans leur famille ou dans un autre hébergement, indique le maire.

Des centres d’hébergement sont aussi prêts à accueillir les Madelinots privés de courant.