L'entraîneur à l'École de cirque de Québec Ibrahim Soumahoro jubilait lundi soir après avoir appris de son avocat qu'il obtenait un sursis du ministère fédéral de l'Immigration.

Ibrahim Soumahoro évite l'expulsion

Ibrahim Soumahoro n'avait pas complété ses valises... par espoir, admet-il. À moins de 24 heures de son expulsion, l'entraîneur à l'École de cirque de Québec a finalement reçu l'improbable appel de son avocat lui annonçant qu'il obtient un sursis du ministère fédéral de l'Immigration.
«Mais oui! Mais oui! Mais oui!» a-t-il simplement lancé à l'annonce de la bonne nouvelle en fin d'après-midi lundi. Les cris, les pleurs et les accolades ont suffi amplement pour témoigner du soulagement ressenti par l'homme de 32 ans et ses proches.
Rencontré à la sortie d'une entrevue accordée à Radio-Canada, M. Soumahoro a pris le temps de répondre à plusieurs appels d'amis incrédules. «Je te jure! Je reste!» a-t-il jubilé à plusieurs reprises. «C'est comme ça depuis tantôt, ça n'arrête pas depuis deux heures», a-t-il avoué.
Même le sénateur Jacques Demers, interpellé par la situation, a pris quelques instants pour féliciter le jeune homme et pour l'inviter à souper dans la prochaine semaine. «Je lui ai dit que c'était comme si j'avais gagné la Coupe Stanley», a raconté celui qui réside à Québec depuis 2008.
Ses amies, présentes lors de l'entrevue comme tout au long des démarches, laissaient, elles aussi, transparaître un profond soulagement. «C'est comme si tous les astres se sont alignés pour Ibrahim. Il récolte le bonheur qu'il sème au quotidien», a analysé son amie Véronic Pratte.
Au même moment, M. Soumahoro a scandé au téléphone : «On a gagné! On a gagné!» en réponse aux célébrations de sa patronne de l'École de cirque. «Tellement de gens se sont impliqués, renchérit Mme Pratte. Ils ont été nombreux à répondre aux deux appels de rassemblement. Il faut les remercier et souligner aussi la présence des médias pour notre cause.»
«Plusieurs enfants ont pleuré devant l'injustice et par incompréhension. Ils vont être tellement heureux d'apprendre la bonne nouvelle», a-t-elle renchéri.
Le maire Labeaume et le député néo-démocrate de Beauport-Limoilou, Raymond Côté, ont également témoigné leur soutien à l'entraîneur de cirque au sourire contagieux. Au moment d'écrire ces lignes, 1865 internautes étaient abonnés à la page Facebook créée pour la cause.
Main-d'oeuvre rare
Me Hugues Langlais, avocat de M. Soumahoro, a expliqué avoir réussi à obtenir un certificat de sélection du gouvernement du Québec. «La combinaison de sa compétence comme instructeur de cirque et du grand besoin de main-d'oeuvre dans ce domaine au Québec a rendu le tout possible», a vulgarisé Me Langlais en entrevue téléphonique.
Cette mesure a ainsi incité le gouvernement fédéral à suspendre l'expulsion de M. Soumahoro, lui laissant le temps nécessaire pour compléter dûment la demande de résidence permanente pour motif humanitaire.
«Il va rester du travail à compléter, mais on a bon espoir que les choses vont bien se conclure. L'important est qu'il a évité l'expulsion», a commenté Me Langlais.