Un porte-parole d’Hydro-Québec, Marc-Antoine Pouliot, a fait savoir jeudi que plus de 100 exploitants avaient exprimé un intérêt pour s’établir au Québec afin de tirer profit des bas prix de l’électricité dans la province.

Hydro-Québec pourrait augmenter les tarifs des exploitants de cryptomonnaies

Hydro-Québec envisage d’imposer des tarifs plus élevés aux exploitants de «mines» de cryptomonnaie.

La société d’État dit recevoir de nombreuses demandes d’entreprises de ce secteur voulant s’établir dans la province.

Un porte-parole d’Hydro-Québec, Marc-Antoine Pouliot, a fait savoir jeudi que plus de 100 exploitants avaient exprimé un intérêt pour s’établir au Québec afin de tirer profit des bas prix de l’électricité dans la province.

Le nombre de demandes est si élevé que la société d’État se demande si elle a les capacités de répondre aux besoins d’un grand nombre de «mineurs».

M. Pouliot a indiqué que quelques exploitants de «mines» Bitcoins se sont déjà installés au Québec, ajoutant qu’Hydro-Québec examinait plusieurs dizaines de demandes.

L’accès à une énergie à faible coût est essentiel pour ces exploitants qui se livrent une chaude concurrence pour créer les «chaînes de bloc», ces immenses banques de données permettant d’enregistrer les cryptomonnaies. Plus élevé est le nombre d’ordinateurs utilisés par ces entreprises, plus grandes sont les chances de «prospecter» des Bitcoins.

«On regarde cela avec beaucoup de prudence. On veut s’assurer de bien comprendre la nature de l’industrie. Au cas par cas, on doit regarder les contraintes techniques sur le terrain pour les demandes de raccordements. Le réseau peut-il soutenir la demande partout sur le territoire? Il faut aussi s’assurer que l’énergie soit disponible pour ces clients», souligne M. Pouliot.

Selon lui, le Québec est attrayant en raison de ses faibles tarifs d’électricité pour les grandes entreprises, les plus bas en Amérique du Nord, et de son climat froid.

Mais ces entreprises sont de grandes consommatrices d’électricité. Les surplus de production d’électricité pourraient disparaître si Hydro-Québec donnait son aval à toutes les requêtes. Certains des projets proposés réclament jusqu’à 100 mégawatts, soit plus de 20 fois l’énergie nécessaire pour le seul centre Bell de Montréal.

«Un projet comme celui-là ne représente pas un problème, mais là, on parle de centaines», a souligné M. Pouliot.

Une porte-parole du ministre des Ressources naturelles Pierre Moreau a confirmé qu’une hausse des tarifs pour ce secteur en croissance faisait l’objet de discussions, tout en soulignant qu’aucune décision n’avait encore été prise.

L’un des cofondateurs de Bitfams, l’un des plus importants exploitants de «mines» de cryptomonnaie au Québec, a dit espérer que le ministre Moreau tienne compte des innovations et des emplois que créera son entreprise.

«Nous bâtissons la puissance de calcul et l’infrastructure électrique qui permettront d’alimenter la «blockchain» avec de l’énergie hydroélectrique québécoise», a déclaré Pierre-Luc Quimper, par courriel.

Il a ajouté que son entreprise avait créé 80 emplois dans la province en juillet 2017 et espérait embaucher 300 autres personnes d’ici la fin de l’année.