Le bloc opératoire de l’hôpital d’Amqui est fermé jusqu’au 14 août.

Hôpital d’Amqui: le bloc opératoire fermé pendant neuf jours

MATANE — Les Matapédiens ne sont pas au bout de leur peine concernant les services de chirurgie et d’obstétrique. Le bloc opératoire de l’hôpital d’Amqui est fermé jusqu’au 14 août.

Cette situation s’explique par les vacances estivales de l’un des deux chirurgiens et une non-disponibilité de l’autre pendant la même période. Par conséquent, tous les patients nécessitant une chirurgie et les femmes qui se présentent pour accoucher sont transférés à Rimouski, à plus de 100 km d’Amqui.

Cette période de découverture devait se prolonger jusqu’au 19 août, mais un chirurgien dépanneur a accepté de venir combler la tâche à compter du 14 août. «On fait toujours appel aux banques de médecins dépanneurs, raconte la conseillère aux communications du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud. Dans la majorité des cas, on réussit à combler les périodes de vacances. Mais malheureusement, cette année, il a été impossible de trouver un chirurgien dépanneur pour la période du 5 au 14 août à l’hôpital d’Amqui. C’est un jeu assez complexe d’attacher les horaires. Ça relève de l’acrobatie pour nos agentes!»

La porte-parole souligne que comme cette période de vacances avait été planifiée, aucune chirurgie n’avait donc été prévue au bloc opératoire de l’hôpital d’Amqui. Par conséquent, aucune chirurgie n’a été annulée ou reportée. 

«On ne peut pas accepter ça»

Le député de Matane-Matapédia se dit inquiet de la situation. «Je l’ai appris hier [dimanche] par courriel, indique Pascal Bérubé. Je ne m’habitue pas à ce que les soins qui devraient être donnés sur le territoire de La Matapédia soient donnés à Rimouski. Je ne vais jamais m’habituer à ça tant que je vais être député!» Le parlementaire exhorte la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, à régler la situation le plus rapidement possible. «On ne peut pas accepter ça», martèle M. Bérubé.

L’ancien ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette, a répondu au député Bérubé, via Twitter, qu’une solution existe : «appliquer la loi 130». Rappelons que cette loi, qui a été suspendue, prévoyait notamment d’obliger les médecins spécialistes à aller pratiquer dans un établissement en rupture de services au-delà de la limite de 70 km entre les deux hôpitaux. 

Pascal Bérubé relaie la réponse du Dr Barrette à la ministre de la Santé. «Là-dessus, j’aimerais entendre la ministre, souhaite-t-il. Mais, quelle que soit la solution proposée, l’important, ça va être les résultats. Je veux que quelqu’un qui a besoin d’avoir une opération qui devrait se faire normalement à l’hôpital d’Amqui puisse l’obtenir. C’est un combat que je mène depuis que je suis en politique […], soit de faire en sorte de limiter au maximum les déplacements à Rimouski, que ce soit en hémodialyse, en radiologie, pour les échographies ou pour les accouchements.» À son avis, «il y a là, manifestement, une mauvaise planification». Il trouve tout aussi inconcevable que le chirurgien engagé à l’hôpital d’Amqui en mai ne pratique pas de césariennes.