Martine Ouellet, nouvelle porte-parole péquiste en matière de transports

Henri-IV: Hamad fait de la «petite politique», dit Martine Ouellet

Le ministre Sam Hamad verse dans la «petite politique partisane» en laissant entendre que le Parti québécois (PQ) ne souhaitait pas élargir l'autoroute Henri-IV, affirme Martine Ouellet, nouvelle porte-parole péquiste en matière de transports.
Dans sa planification 2013-2015, le précédent gouvernement a «clairement» inscrit la reconstruction de structures sur Henri-IV, insiste Mme Ouellet, document à l'appui. 
«C'est sûr que ce sont les ponts et les viaducs, mais c'est ce qui doit être reconstruit d'abord si on veut faire l'élargissement», indique la députée de Vachon. 
Mme Ouellet assure que dans la planification 2014-2016, qui aurait été déposée n'eût été la campagne électorale, le dossier d'Henri-IV aurait «continué à être priorisé». 
«C'est la première étape, a soutenu Mme Ouellet. On n'élargit pas les ponts et les viaducs pour le plaisir. Ce serait complètement ridicule. On procédait par séquence, de façon structurée, pour assurer une saine gestion des deniers publics.» 
Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, a révélé que l'élargissement de l'autoroute - et non pas les structures - n'apparaît pas dans le plan québécois des infrastructures (PQI) 2013-2023. Aucun dossier d'opportunité, condition préalable à intégrer un projet au PQI, n'a été préparé pour l'élargissement au ministère. Des libéraux soupçonnent que le PQ se servait de la réfection des ponts et des viaducs - très usés - pour reporter des investissements concrets dans l'ajout de voies. 
«Il est complètement faux d'affirmer que ce n'est pas une priorité» pour le PQ, affirme Mme Ouellet. Elle martèle que son parti procédait par étape. «C'est de la petite politique partisane que [M. Hamad] fait, dit-elle. Et ça ne me surprend pas de lui. C'est dommage. Ils [les libéraux] ont annoncé qu'il y aurait un changement de ton, et on peut dire qu'on ne le sent pas encore.»