Contrairement à l'habitude, le prix exact des laissez-passer et des autres titres n'a pas été dévoilé en cette fin d'année puisqu'il n'est pas encore établi

Hausses en deux temps au RTC

L'ajustement des tarifs du Réseau de transport de la Capitale (RTC) se fera en deux temps cette année. Le paiement en monnaie et les laissez-passer métropolitains seront augmentés le 1er mars, comme auparavant, mais les autres hausses entreront en vigueur le 1er juillet pour aider les usagers à mieux planifier leur budget désormais.
Le directeur général du RTC, Alain Mercier, a expliqué que le RTC s'alignait ainsi sur la norme canadienne. À la rentrée d'automne, les étudiants comme les travailleurs peuvent ainsi prévoir ce qu'il leur en coûtera pour le transport jusqu'aux prochaines vacances d'été.
Le RTC avait déjà fait savoir, lors de l'adoption de son budget en décembre, que la contribution des utilisateurs du transport en commun serait relevée de 2,5 %. Cette augmentation tenait toutefois compte de l'ajout de clientèle. Pour les usagers existants, la hausse est plutôt de 3,3 %, environ deux fois l'inflation.
C'est ce que révèle la nouvelle grille tarifaire adoptée mercredi par le conseil d'administration. Celle-ci prévoit que le coût du laissez-passer général passe de 79,25 $ à 81,25 $, celui des étudiants de 53 $ à 54,25 $ et celui des aînés de 39,50 $ à 42 $, le 1er juillet. Le RTC met toutefois de l'avant les rabais offerts aux clients qui s'abonnent pour 12 mois.
Monnaie et billets
Le prix d'un passage unique en monnaie passe quant à lui à 3,25 $ dès le 1er mars et à 2,85 $ pour les billets achetés à l'avance le 1er juillet.
Le président du RTC, Rémy Normand, n'a pas caché que la différence était voulue. «Pour nous, c'est un effet incitatif pour que les gens résidents du territoire aillent se chercher une carte et procèdent avec un billet journalier», a-t-il expliqué. Il faut savoir que l'argent comptant suppose plus de manipulation et a donc un coût administratif plus élevé.
Le laissez-passer métropolitain général grimpe également de 2 $ dès le 1er mars pour s'harmoniser avec Lévis.
Accès Transports Viables, l'organisme qui représente les usagers du transport en commun à Québec, a critiqué les augmentations annoncées mercredi. Étienne Grandmont, directeur général, a fait remarquer que la majorité des travailleurs se voient accorder des hausses salariales en ligne avec l'inflation tandis que le RTC double ce repère depuis 2007. Il a répété que les usagers devraient payer pour les coûts d'exploitation et non les coûts de développement du réseau de transport en commun. 
Cette année, la Ville de Québec a aussi augmenté sa quote-part de 5 millions $.