Clément Genest, président du comité des finances et le maire Gilles Lehouillier. Ce dernier s’est dit particulièrement fier du nouveau budget de la Ville de Lévis.
Clément Genest, président du comité des finances et le maire Gilles Lehouillier. Ce dernier s’est dit particulièrement fier du nouveau budget de la Ville de Lévis.

Hausse de taxes de 2,1 % à Lévis

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
La Ville de Lévis prévoit une hausse de taxes moyenne de 2,1  % pour 2020. Il s’agit d’une augmentation beaucoup plus basse que l’année dernière. Et la Ville peut encore se vanter de la croissance de sa richesse foncière.

En 2019, la hausse de taxes avait grimpé à 3,5 %, le maire Gilles Lehouillier justifiait l’augmentation par la forte croissance de la ville. 

La hausse de taxes de 2,1 % correspond à l’inflation annoncée pour l’année prochaine par plusieurs institutions financières. Pour une maison unifamiliale de 290 000 $, le compte de taxes passera de 2776 $ à 2835 $, soit une augmentation de 60 $.

Tout comme l’an dernier, c’est dans l’objectif d’assurer la pérennité de ses infrastructures et de faire face aux défis reliés à sa croissance que la Ville de Lévis note une telle augmentation. La hausse inclut la taxe foncière générale, la comptabilisation des dettes et les tarifs relativement à l’eau, à la gestion des déchets et à l’assainissement.

«Grâce à la croissance, nous allons dès 2020 nous offrir une hausse de taxes encore plus basse. C’est ça l’intérêt d’investir dans une ville, on commence enfin à avoir un retour. On est la septième ville en importance au Québec. On commence à tirer les produits de nos investissements. On vient de passer un bout plus difficile. On commence à avoir une ville d’avenir et il faut assumer cette grande ville-là, il y avait un passage difficile obligé. Et là, on est en parfait équilibre», évoque le maire.

En effet, la forte croissance de Lévis se maintient : la valeur de tous les permis de construction a atteint un niveau record de 429 millions $. Le chiffre surpasse le record de 2016. À ce rythme, la Ville anticipe des revenus additionnels évalués à 5,2 millions $, soit 1,2 million $ de plus que l’an dernier. La croissance de la richesse foncière de la Ville est toujours la plus forte des 10 grandes villes de la province.

Même que pour l’an prochain, le maire prévoit une hausse de taxe sous la barre des 2 %.

«Si nos revenus sont au rendez-vous. On va être capable d’y arriver», soutient-il.

Pour de «meilleurs» services

La Ville a aussi présenté son budget lundi soir, un budget «responsable et axé sur l’amélioration des services à la population et sur nos défis de croissance». Le montant total s’élève à 304,9 millions $.

De ce chiffre, 34 % des dépenses sont laissées aux infrastructures (70 573 000 $) et à l’environnement (27 637 000 $).

Le plus gros changement, selon le maire, est l’offre de services municipaux bonifiée qui se traduit par des heures d’ouverture ajustées ou prolongées dès le 6 janvier prochain. 

«L’élément le plus spectaculaire du budget, et ça a été demandé à répétition par nos concitoyens et concitoyennes, c’est l’augmentation des heures d’ouverture de nos bureaux pour s’adapter aux horaires […] C’est un gain significatif.»

La Ville améliorera aussi l’accès aux équipements sportifs et doublera l’offre aquatique pour l’ensemble des bassins de Lévis. Ces changements seront possibles grâce au nouveau Complexe aquatique multifonctionnel du secteur Saint-Nicolas. Il faut aussi noter l’ajout d’une nouvelle glace à l’Aréna de Lévis, ce qui offrira des plages horaires supplémentaires pour le patinage libre, notamment. 

«Il y a un effet domino, nos trois autres bassins vont aussi profiter de plages horaires plus intéressantes. Pour la nouvelle glace, le projet va être déposé au gouvernement du Québec dès le mois de janvier», précise le maire, en plus de parler d’un «vigoureux» programme pour la remise à niveau de nos infrastructures.

«Fier» de son budget

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, signe son septième budget. «C’est un de ceux que je suis le plus fier. On sent un certain équilibre […] Des efforts d’efficience sérieux qui ont été faits dans l’organisation», exprime-t-il. 

Le maire est notamment fier du retour du 1 % de taxe de vente du Québec, qui représente une source importante de revenus pour la Ville. Lévis est aussi la seule ville au Québec qui rend possible le paiement du compte de taxes municipales en 12 versements égaux, sans frais ni intérêt. Cette mesure unique est d’ailleurs très populaire puisque 95 % des contribuables en ont profité.

Pour la gestion de sa dette, la Ville de Lévis poursuit son plan de gestion mis sur pied pour les 10 prochaines années. En 2020, le service de la dette (capital et intérêts) s’élèvera à 60,9 millions $, une hausse de 4,8 millions $. Le maire prévoit diminuer le montant de sa dette à partir de 2027.  

+

HAUSSES PAR SECTEUR

  • Charny  1,8 %  
  • Ex-Lévis : 2,3 %  
  • Pintendre: 2,3 %  
  • Saint-Étienne-de-Lauzon: 2,1 %  
  • Saint-Jean-Chrysostome: 1,9 %  
  • Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy: 2,5 %  
  • Saint-Nicolas: 2,1 %  
  • Saint-Rédempteur: 2,2 %  
  • Saint-Romuald: 2 %  
  • Sainte-Hélène-de-Breakeyville: 2,2 %

* Pour une résidence unifamiliale évaluée à 290 000 $  

+

UNE NOUVELLE ENTENTE AVEC LES POLICIERS DE LÉVIS

Une nouvelle convention collective d’une durée de cinq ans vient d’être signée entre la Ville de Lévis et la Fraternité des policiers de Lévis. À partir du 1er janvier, elle sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2023. 

«Cette entente s’est conclue dans un esprit de collaboration, de respect, d’ouverture et de confiance. Nous tenons d’ailleurs à remercier le président de la Fraternité, monsieur Marc Allard, et les membres du comité de négociation qui se sont investis dans la recherche de solutions en matière de relations et de conditions de travail», a déclaré le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier.

La première année de l’entente respecte les mêmes conditions salariales que celles prévues aux autres conventions collectives. Pour les années suivantes, il a été convenu d’une augmentation salariale de 2 % par an. Il est à noter que le processus de négociation a été réalisé exclusivement à l’interne. 

M. Lehouillier assure que le climat de travail avec les policiers «s’est nettement amélioré». «Nous sommes très satisfaits de cette entente. Ce sont les mêmes paramètres que les autres groupes de travail. Ça répond à nos objectifs, ajoute le maire. La Fraternité se dit aussi satisfaite du cadre financier.»

Le personnel de police à Lévis représente 178 policiers, et une trentaine d’employés à temps partiel. Aucune augmentation d’effectifs n’est prévue.