«On ne fera pas le jeu du PQ dans le temps, où on cherchait une guerre avec le fédéral. Je pense que tout le monde est conscient de l'importance [de ce projet d'expansion]», a déclaré lundi le ministre Sam Hamad.

Hamad prône la collaboration avec le Port de Québec

Le ministre Sam Hamad prévient que contrairement au Parti québécois (PQ), son gouvernement ne partira pas «en guerre» avec l'Administration portuaire de Québec et qu'il adoptera une attitude plus collaboratrice dans le contexte ou le Port veut prendre de l'expansion.
«On ne fera pas le jeu du PQ dans le temps, où on cherchait une guerre avec le fédéral. Je pense que tout le monde est conscient de l'importance [de ce projet d'expansion]. Pour le moment, le projet du Port, on en parle. Mais personne ne l'a vu en détail. On va attendre de voir les détails du projet et on en parlera à ce moment-là.»
Alors que sera bientôt fixée la date du procès pour déterminer quel gouvernement a compétence sur les terres portuaires de Québec, le ministre responsable de la Capitale-Nationale n'a pas voulu se mouiller et donner son avis sur les plans d'expansion du Port. Ce dernier compte ajouter de nouveaux quais dans le secteur de la baie de Beauport, ajouter des pipelines sous-marins pour transborder du vrac liquide et déplacer la plage.
Mais l'administration portuaire peut s'attendre à davantage de coopération de la part du gouvernement libéral que de son prédécesseur du Parti québécois, selon Sam Hamad. «On veut travailler en collaboration et le Port va travailler avec le gouvernement fédéral. Ici à Québec, on travaille en équipe tout le monde pour le développement de la région. On ne cherche pas à faire une guerre contre le fédéral ou contre le Port. Mais plutôt on travaille pour le développement économique et le développement durable.»
Le ministre estime cependant que l'administration portuaire doit se soumettre aux règles environnementales provinciales. «Le Port de Québec a une obligation de respecter les lois de l'environnement. C'est un souhait mais aussi une obligation morale de respecter les lois sur l'environnement.» Le ministère de l'Environnement, qui tente déjà de faire reconnaître par les tribunaux sa juridiction sur les terres fédérales, n'a pas encore révélé s'il soumettra le projet d'expansion au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.