Guillaume Paradis songe à la mairie de L'Ancienne-Lorette.
Guillaume Paradis songe à la mairie de L'Ancienne-Lorette.

Guillaume Paradis songe à la mairie de L’Ancienne-Lorette

François Bourque
François Bourque
Le Soleil
Guillaume Paradis, qui est depuis une dizaine d’années la voix et l’image du ministère des Transports dans les médias (travaux routiers, 3e lien, etc), réfléchit «sérieusement» à une candidature à la mairie de L’Ancienne-Lorette.

Il en a avisé ses patrons au MTQ et se donne quelques jours encore pour annoncer sa décision. «J’ai le goût d’y aller», dit-il. Depuis le printemps, il était «prêté» au ministère de la Santé. 

M. Paradis, 42 ans, habite L’Ancienne-Lorette depuis 1983 où sa famille a des racines depuis plusieurs générations. Il est père de trois enfants.

Il rappelle avoir assisté à ses premiers conseils municipaux à l’âge de 20 ans et dit avoir commencé à réfléchir à la mairie bien avant le décès du maire Émile Loranger au printemps.

M. Paradis dit avoir une «vision très collégiale de la démocratie municipale» et de l’administration d’une ville. Un peu «comme un C.A.». 

Les années Loranger où l’opposition était «mise au ban» et «les opposants se faisaient rabrouer», ce «n’est pas ma vision; ce n’est pas quelque chose qui me plaît», dit-il.

S’il choisit de se présenter et est élu, il voudra participer aux travaux de l’agglomération de Québec, car il n’est pas partisan de la «politique de la chaise vide». 

Il tient cependant à l’autonomie de L’Ancienne-Lorette qu’il perçoit comme une «communauté à part» avec son «vieux village enclavé par les axes de communications (Henri IV, chemin de fer, aéroport)».

«Pas de grands projets»

Dans cette ville où il reste peu de terrains vacants et où toute construction nouvelle doit se faire en ajout ou en remplacement d’immeubles déjà bâtis, il n’envisage «pas de grands projets». 

Il croit plutôt à de «petites interventions» qui permettraient de «continuer à être bien à L’Ancienne-Lorette».

Le conseiller municipal Gaétan Pageau, fils de l’ancien maire Marcel Pageau de 1968 à 1983 et prédécesseur de M. Loranger, a déjà annoncé sa candidature à la mairie. 

Le comptable, Alain Fortin, candidat défait à la mairie en 2013 qui a déjà eu maille à partir devant les tribunaux avec M. Loranger, envisage aussi une candidature. 

La notaire à la retraite Ginette Nadeau a aussi confirmé qu’elle sera candidate à l’élection partielle du 4 octobre.