Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les voitures ont fait la file toute la journée pour remettre des dons à la Fondation du Dr Julien, qui vient en aide aux enfants à Lévis.
Les voitures ont fait la file toute la journée pour remettre des dons à la Fondation du Dr Julien, qui vient en aide aux enfants à Lévis.

Guignolée du Dr Julien: un boycottage raté et des dons à la pelletée

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
L’appel au boycottage n’aura finalement pas nui à la Fondation du Dr Julien, même qu’il a eu l’effet opposé. Les voitures ont fait la file toute la journée pour remettre des dons à l’organisme qui vient en aide aux enfants.

Pour la 11e Guignolée du Dr Julien, le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) a organisé un service de dons à l’auto sans contact dans le stationnement des Galeries Chagnon à Lévis, samedi.

Plus tôt ce mois-ci, le Dr Julien et sa fondation avaient été la cible de conspirationnistes sur les réseaux sociaux. Ceux-ci avaient appelé au boycottage de la guignolée.

Le mouvement était lancé par Stéphane Blais, le chef du parti provincial Citoyens au pouvoir. Le blogueur avait associé la photo promotionnelle de la fondation au chiffre du diable «666», entre autres. Ses admirateurs avaient vite suivi le bal, en bombardant la page Facebook de différents messages douteux et haineux.

Le blogueur complotiste Stéphane Blais avait associé la photo promotionnelle de la fondation au chiffre du diable «666».

«Ironiquement, l’appel au boycottage nous a servi. Plusieurs personnes nous ont découverts à cause de ça et ils ont décidé d’aller à l’encontre de ce qui était demandé», exprime Maude Julien, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Lévis.

«Ça ne nous arrêtera pas. Je l’ai dit souvent dans les dernières semaines, parlez en bien ou parlez en mal, mais parlez-en. Les gens sont contents d’être venus, on a eu beaucoup de mots d’encouragements», ajoute-t-elle.

Le centre s’était fixé un humble objectif de 50 000$ pour cette nouvelle formule. Maude Julien croit que son équipe l’aura largement dépassé. Tout l’argent amassé devra reposer pendant 48 à 72 heures avant d’être compté, question de lui faire faire une quarantaine. Un bilan complet sera rendu public plus tard cette semaine.

Le service de dons à l’auto était un «coup de dés» pour la Fondation, il s’est avéré être une réussite. «Je pense que l’appel à la mobilisation a porté fruit. Les gens se déplacent et veulent donner, on voit des billets de banque de toutes les couleurs! La solidarité envers les enfants et leur vulnérabilité en a touché plusieurs. Ça a fait son chemin, c’est magique», exprime Maude Julien.

L’équipe de Mme Julien, qui est aussi infirmière clinicienne auprès des enfants du centre, a eu beaucoup de plaisir toute la journée à accueillir la population. Le montant final amassé, y compris les dons en ligne ou par la poste, devrait s’approcher du 100 000 $ espéré.

«Quand les gens nous disent de continuer ce qu’on fait, c’est une partie de la paye pour nous», termine la directrice générale.

Les dons ont été amassés entre 8h et 16h30, tout juste avant que la tempête ne se lève sur la région. Mascotte, lutins et musique ont animé le stationnement de Lévis toute la journée. Les donateurs recevaient un breuvage chaud et des beignes en guise de remerciements.

Ce service à l’auto tout spécial remplaçait les habituels ponts payants de la Guignolée du Dr Julien, événement majeur qui permet chaque année d’amasser des sous pour assurer le maintien des services et des soins à plus de 725 enfants et adolescents de Lévis vivant en situation de grande vulnérabilité.