Guignolée des médias: besoins à la hausse

Bon an mal an, le constat est troublant. Malgré la bonne santé de l’économie de Québec, l’insécurité alimentaire ne prend pas congé, à preuve une augmentation de 3% des besoins notée depuis un an chez Moisson Québec, l’organisme chargé de distribuer des denrées aux plus démunis.

Encore cette année, et pour la 17e fois, la Grande guignolée des médias s’impose comme un outil essentiel afin de solliciter l’aide du public et remplir coffres et tablettes de la banque alimentaire. Le point d’orgue de la campagne se tiendra le jeudi 7 décembre, de 7h à 9h, alors que plus de 600 bénévoles recueilleront les dons à différentes intersections de Québec et Lévis.

En conférence de presse, lundi, la directrice générale de Moisson Québec, Élaine Côté, a rappelé que parmi les 38 000 personnes qui ont recours aux services de son organisme chaque mois, le tiers a moins de 18 ans.

Avoir un travail ne signifie pas non plus être à l’abri de la pauvreté. «Vingt pour cent des gens ont des revenus qui découlent d’un emploi, qu’il soit au salaire minimum, à temps partiel, sur appel ou autonome. Aujourd’hui, travailler ne veut pas nécessairement dire être autonome financièrement.»

Cette année, Moisson Québec a choisi deux jeunes entrepreneurs, David Langlais-Cardinal et Alexandre Zacharie, comme porte-parole de sa campagne. Après avoir cuisiné l’an dernier 2000 baklavas qui s’étaient vendus en moins de trois jours, le coloré duo, avec l’aide de son entourage, compte fabriquer 17 000 de ces petits desserts. Le fruit des ventes sera entièrement remis à Moisson Québec. Il sera possible de s’en procurer via la page Facebook de l’entreprise Zachlava Délice.

Les dons en argent et en denrées sont recueillis dès aujourd’hui et jusqu’au 24 décembre, dans les magasins Provigo et Maxi, dans les pharmacies Jean Coutu et les bureaux de Via Capitale. Il est également possible de faire un don en ligne sur le site de Moisson Québec (moissonquebec.com)

L’an dernier, la campagne avait permis d’amasser quelque 200 000$ et 39 000 kg de denrées alimentaires.

+