Les retraités de quatre journaux de GCM ont décidé de porter le jugement en Cour d’appel.

Groupe Capitales Médias: les retraités de quatre journaux iront en appel du jugement

Au lendemain de la décision de la Cour supérieure d’entériner le plan de sauvetage des six quotidiens du Groupe Capitales Médias (GCM), les retraités de quatre journaux du groupe ont décidé de porter le jugement en Cour d’appel.

Le porte-parole de l’Association des retraités du Soleil, Pierre Pelchat, a confirmé que les retraités du Soleil, du Nouvelliste, du Quotidien et de la Voix de l’Est iront en appel de la décision rendue lundi soir par le juge Daniel Dumais de la Cour supérieure.

À LIRE AUSSI : La Cour supérieure entérine le plan de sauvetage

Les retraités «extrêmement déçus» de la décision

« Après consultation, on a établi une position commune. Dans le jugement, on a retrouvé des points discutables. On pense qu’il y a des failles qu’on pourrait exploiter. On croit qu’il y a eu des erreurs de droit autant dans le jugement que dans le processus d’auditions », précise M. Pelchat.

La requête devrait normalement être déposée au tournant de la nouvelle année, une fois qu’elle sera rédigée. « Il faut se laisser le temps de la rédiger. Le temps des Fêtes est une période très occupée pour tout le monde, mais il reste que les délais sont très serrés. Dans un monde idéal, on déposerait la requête au début du mois de janvier. » 

M. Pelchat indique que les retraités de ces quatre journaux du Groupe Capitales Médias ne baissent pas les bras et continueront de se battre.

« On a le mandat de défendre les droits des retraités et on aurait aimé avoir une discussion avec les gens de la Fédération nationale des communication pour en arriver à une entente qui aurait pu sauver les fonds de retraite, mais ce n’est pas arrivé, malheureusement. »

Rappelons que selon le plan de relance des six quotidien homologué par la Cour supérieure, les retraités de GCM doivent renoncer à 30 % de leur fonds de retraite. Ils doivent aussi tirer un trait sur toute possibilité de poursuite contre les bailleurs de fonds des nouvelles coopératives.