Tout objet volant pourra être abattu par l’aviation canadienne s’il s’aventure dans un vaste territoire dont l’épicentre sera La Malbaie, hôte du Sommet du G7.

G7: vaste zone interdite de vol

Du 1er au 10 juin, les pilotes voulant circuler dans les cieux québécois devront bien planifier leurs vols. Tout objet volant pourra être abattu par l’aviation canadienne s’il s’aventure dans un vaste territoire dont l’épicentre sera La Malbaie, hôte du Sommet du G7.

Dans la documentation officielle épluchée par Le Soleil, les mots sont clairs : «Une force létale pourra être autorisée». Un permis de tuer octroyé aux militaires qui prendront le contrôle de l’aéroport de Charlevoix pour réaliser cette mission de patrouille.

«Un espace aérien réglementé qui s’appliquera dans le cadre du Sommet du G7 a été défini pour permettre au ministère de la Défense nationale (MDN) de gérer le trafic aérien en toute sécurité et de veiller à ce que les aéronefs non autorisés et ne participant pas aux activités du Sommet ne pénètrent pas l’espace aérien entourant les zones sensibles d’activités du Sommet», explique-t-on dans une publication spécialisée destinée aux pilotes. «L’activation de l’espace aérien coïncidera avec les dates d’arrivée et de départ des chefs d’État à Bagotville et à Charlevoix et permettra au MDN de gérer l’augmentation du trafic aérien à Charlevoix dans la semaine précédant le début du Sommet.»

La suite est rédigée en lettres majuscules… «AVERTISSEMENT : TOUT AÉRONEF NON AUTORISÉ ÉVOLUANT DANS L’ESPACE AÉRIEN RÉGLEMENTÉ S’EXPOSERA À UNE INTERCEPTION PAR DES AÉRONEFS MILITAIRES ARMÉS. POUR ASSURER LE RESPECT DE L’ESPACE AÉRIEN RÉGLEMENTÉ, UNE FORCE LÉTALE POURRA ÊTRE AUTORISÉE AU BESOIN.»

Prenons une carte. Au nord-est de Québec, il y a L’Isle-aux-Grues. Bon, regardons au loin, vers l’est. Il y a Les Bergeronnes, Côte-Nord, et Rivière-du-Loup, Bas-Saint-Laurent. Début juin, mieux vaudra penser voler ailleurs qu’entre ces points sur la carte. Surtout de 7h le 7 juin à midi le 10 juin, quand le niveau sécuritaire sera à son apogée.

Vous trouvez que c’est grand? Regardons maintenant vers le nord, jusqu’à Saguenay. Reliez les points pour obtenir un grand triangle : il ne sera pas possible de naviguer dans cette immense «zone réglementée» sans soumettre une demande 48 heures à l’avance à la Gendarmerie royale du Canada qui pourra, bien sûr, refuser. Un hélicoptère ou un petit appareil qui voudrait s’élever à partir de Rivière-du-Loup, par exemple, devra avoir obtenu une permission spéciale avant.

Ce n’est pas tout. Sur la Rive-Sud, une bonne part du territoire est aussi interdite de vol. Oui, aussi loin que ça des chefs d’État des sept puissances politico-économiques qui causeront à La Malbaie. 

Exemptions

Seuls «les vols d’urgence pouvant sauver des vies, […] les vols de recherche et de sauvetage, les vols de services essentiels dûment approuvés, ainsi que les aéronefs d’État en service officiel et les aéronefs transportant des dignitaires désignés par la GRC seront autorisés dans les espaces aériens réglementés», précise Pierre Manoni de l’unité des relations avec les médias de Transports Canada.

La plupart des pilotes devront donc revoir leur itinéraire. Les avions circulant vers l’est seront redirigés vers un corridor longeant la frontière américaine. En direction ouest, les aéronefs devront contourner un gros cercle imaginaire tracé autour de La Malbaie.

Qu’arrivera-t-il si un avion entre dans les périmètres sans autorisation? «Tous les aéronefs non autorisés à entrer à l’intérieur de l’espace aérien réglementé devront impérativement se tenir à l’écart des zones désignées lors de la tenue du G7.»

Le fédéral ne dévoilera toutefois pas comment seront effectuées les interceptions d’éventuels intrus. Ni les règles encadrant l’usage de la force létale. «Cette information ne sera pas rendue publique pour des raisons de sécurité.»

Au fait, l’aéroport de Québec sera-t-il aussi dans un périmètre de sécurité aérien? «Une zone de contrôle permanente existe autour de cet aéroport depuis longtemps», répond M. Manoni.


À lire aussi:

Sommet du G7: la GRC logera à Valcartier

G7: des militaires depuis les airs jusque sous les eaux