La vice-première ministre Chrystia Freeland
La vice-première ministre Chrystia Freeland

Freeland assure que le Canada ne manque pas de respirateurs artificiels

Lina Dib
La Presse Canadienne
OTTAWA - Même si la grande majorité des respirateurs artificiels commandés par Ottawa au printemps ne sont pas encore livrés, le gouvernement fédéral assure qu’il n’en manque pas.

La Presse Canadienne a constaté qu’une minuscule fraction des respirateurs achetés au printemps et dont la facture s’élève à plus de 1,1 milliard $ ont été livrés.

Le chef conservateur Erin O’Toole a cité cette information aux Communes mardi après-midi et a accusé le gouvernement de «se traîner les pieds» et de ne pas «livrer la marchandise».

«En mai, le premier ministre a dit qu’il était important de se préparer pour la deuxième vague. En mai, le ministre de l’Industrie nous a annoncé que nous aurions des dizaines de milliers de ventilateurs d’ici l’automne. C’est maintenant l’automne, M. le président, et nous avons reçu seulement 3 % de ce qu’il a promis», a dénoncé M. O’Toole pendant la période des questions quotidienne.

En face, la vice-première ministre s’est offusquée.

«M. le président, je m’excuse, mais ce n’est pas vrai. La réalité est que notre gouvernement a acheté de l’étranger et d’ici au Canada beaucoup de ventilateurs et maintenant, on a assez de ventilateurs autour du pays pour cette deuxième vague», a déclaré Chrystia Freeland.

Pourtant, selon Services publics et Approvisionnement Canada, à la fin septembre, quelque 1000 unités avaient été livrées, soit environ 2,5 % des 40 547 commandées au cours du printemps, en plein coeur de la crise sanitaire.

Puisque l’on ne fabriquait pas beaucoup de respirateurs artificiels - destinés à aider certaines personnes infectées par le nouveau coronavirus - et qu’il était difficile de les obtenir, Ottawa s’est tourné vers des entreprises d’ici.

Des ententes ont été signées avec cinq entreprises ou consortiums. Au Québec, par exemple, CAE a développé un prototype en quelques semaines et a décroché un contrat de 282,5 millions $ pour 10 000 unités, assemblées dans ses installations montréalaises.

Au moment de recevoir l’homologation de Santé Canada, en juin, la multinationale québécoise prévoyait livrer des «centaines de respirateurs» chaque semaine. On avait évoqué 750 unités hebdomadaires pour des livraisons terminées en octobre. C’est plutôt 300 unités qui ont jusqu’ici été expédiées.