La tradition parlementaire britannique veut que le nouveau président soit «emmené de force» par les chefs de parti vers son siège, comme l’ont fait Pierre Arcand, Manon Massé, Pascal Bérubé et François Legault.

François Paradis, nouveau président de l’Assemblée nationale

Le député caquiste de Lévis, François Paradis, est devenu officiellement mardi le nouveau président de l’Assemblée nationale, succédant à Jacques Chagnon, qui occupait la fonction depuis 2011.

Ému en prenant la parole pour la première fois dans ses nouvelles fonctions, M. Paradis a promis que l’institution ferait preuve de plus de transparence sous son règne. 

Lors d’une mêlée de presse, le premier ministre François Legault a justifié le choix de M. Paradis à cette prestigieuse fonction en disant que le député de Lévis était «respecté par ses collègues de tous les partis», une condition pour accéder au trône de la présidence. 

Pour mener à bien sa tâche, M. Paradis sera secondé par le député de Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, et la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, aux postes de vice-présidents. 

La troisième vice-présidente, qui doit être issue des rangs de l’opposition officielle, sera la députée libérale de Hull, Maryse Gaudreault, qui occupait déjà la fonction de deuxième vice-présidente sous les libéraux.