François Bugingo

François Bugingo se dit sidéré par le reportage de La Presse

Le journaliste spécialiste en information internationale François Bugingo s'est dit «sidéré» par les informations du quotidien La Presse voulant qu'il ait inventé de toutes pièces plusieurs de ses reportages et ce, sur plusieurs années.
Dans ce reportage attaquant fortement la crédibilité du journaliste, des témoins mettent en doute la véracité des informations rapportées par M. Bugingo.
Sur sa page Facebook, M. Bugingo a qualifié l'article de «dégradant», affirmant que l'information qu'il dévoile est «toujours vérifiée». Il ajoute défendre son intégrité «en temps et lieux» devant les instances concernées.
Les révélations de La Presse ont provoqué un séisme dans le monde médiatique. Un des employeurs de M. Bugingo, la station de radio 98,5 a annoncé qu'elle suspendait ses collaborations avec lui, «le temps de faire la lumière sur ces évènements». Affirmant que les allégations sont «importantes et prises au sérieux, le Groupe TVA a également annoncé une mesure similaire.
De son côté, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, qui se dit «très préoccupée» par la situation, souhaite rencontrer le chroniqueur. Selon elle, les faits rapportés à propos de M. Bugingo, un membre de la Fédération, sont «très sérieux (car) ils ont le potentiel d'entacher la crédibilité de la profession journalistique».
En raison de la gravité et du caractère «systémique» des fautes reprochées, l'exécutif de la FPJQ a décidé de mettre en oeuvre une procédure prévue dans ses règlements en invitant M. Bugingo à venir s'expliquer. Lors de cas graves, la FPJQ peut imposer une sanction à ses membres, allant de la suspension temporaire à l'expulsion.
Dans sa réaction, le journaliste ne dit pas s'il répondra positivement à l'invitation de la FPJQ.
M. Bugingo tient une chronique quotidienne sur les affaires internationales au 98,5 FM, en plus de tenir un blogue et une chronique au Journal de Montréal. Le journaliste intervient aussi sur les ondes de TVA. Il a aussi travaillé à Télé-Québec et à Radio-Canada.
Sur les réseaux sociaux, les réactions sont fort nombreuses, d'autant plus que l'on touche à la crédibilité journalistique.
L'auteur de l'article de La Presse a elle-même réagi sur son compte Facebook envers ceux qui demandent ce qui a déclenché l'enquête. Isabelle Hachey a dit que de sérieux doutes subsistaient à la suite de la lecture de textes du journaliste.
«François Bugingo a fait une kyrielle d'affirmations spectaculaires dans les médias québécois sur ses voyages à l'étranger. La Presse en a vérifié quatre», a mentionné la journaliste qui verse souvent dans l'information internationale.
Mme Hachey a expliqué que «c'est à force de l'entendre et de le lire qu'elle a eu des doutes sur la véracité de ses propos.»