Philippe Couillard

Forum extraordinaire sur l'intimidation le 2 octobre

Le gouvernement de Philippe Couillard tiendra un forum extraordinaire sur le «fléau» de l'intimidation le 2 octobre à Québec.
Ce rendez-vous vise à mobiliser les «différents acteurs concernés» et, par-delà, la population en général, a affirmé le premier ministre, mercredi.
L'intimidation concerne tous les âges de la vie, des tout-petits aux personnes âgées, et sévit «dans le monde réel et dans le monde virtuel», a rappelé Philippe Couillard.
«Pensons aux enfants à l'école, aux étudiants des établissements d'enseignement supérieur, aux personnes âgées qui sont rabaissées par leurs proches, à un ex-conjoint ou conjointe dont la réputation est salie sur les médias sociaux ou encore à une personne qui est ridiculisée en raison de sa condition physique, de son apparence ou de son orientation sexuelle.»
À ses côtés, la ministre Francine Charbonneau a parlé d'un «projet de société» à établir.
Trois groupes de réflexion viennent d'être institués pour documenter le phénomène. L'un se penchera sur l'intimidation chez les jeunes, l'autre l'analysera sous l'angle des aînés et le troisième sous celui «des citoyens dans les milieux de vie».
Les rapports qu'ils produiront aiguillonneront les travaux du forum. La tenue de ce rendez-vous coûtera 200 000 $.
Marcel Lebel, de la Conférence des tables régionales de concertation des aînés, dit miser sur les comités d'abus et de maltraitance envers les aînés pour la suite des choses.
Jasmin Roy, de la fondation éponyme, ne croit pas qu'il faille légiférer de nouveau. Il faut cependant s'assurer que les plans d'action mis en place dans les écoles du Québec donnent des résultats, souligne-t-il.
MM. Couillard et Roy indiquent que tous les élus de l'Assemblée nationale doivent donner l'exemple.
La semaine dernière, le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a statué que le député libéral André Drolet avait intimidé la députée de Québec solidaire Manon Massé en cherchant à la faire taire dans le dossier des poussières de nickel dans le quartier Limoilou.
«Une vraie concertation de la population, des organismes et des intervenants est salutaire», estime le péquiste Mathieu Traversy au sujet du forum à venir. «Encore faut-il qu'elle aboutisse rapidement à des mesures tangibles après le forum.»
La caquiste Lise Lavallée note que la Nouvelle-Écosse s'est dotée d'une loi contre la cyberintimidation.