Fonds d’urgence en musique: un 2 M$ qui dort, accuse la CAQ

Patricia Cloutier
Patricia Cloutier
Le Soleil
La Coalition avenir Québec (CAQ) accuse le gouvernement de laisser dormir dans ses coffres 2 millions $ qui doivent servir de fonds d’urgence à l’industrie québécoise de la musique, affaiblie par la lecture en continu en ligne.

«Personne n’a encore vu la couleur de cet argent-là», déplore Claire Samson, critique de la Culture à la CAQ. Intervenant pour la première fois à l’Assemblée nationale, la nouvelle ministre de la Culture Marie Montpetit a soutenu qu’une annonce à cet effet aura lieu au cours des prochains jours, soit juste avant le gala de l’ADISQ dimanche. 

«Il y a eu des discussions très élaborées sur comment ces sommes allaient être dépensées avec le milieu, avec les acteurs, avec les gens qui sont concernés directement», soutient Mme Montpetit. La ministre a dévoilé que la production musicale sera soutenue, tout comme les créateurs de trames sonores dans le milieu du cinéma. 

Insatisfaite des réponses, Mme Samson a accusé le gouvernement d’avoir laissé traîné les choses et d’avoir près de 8 mois de retard dans ce dossier, alors qu’il s’agissait d’une «aide d’urgence», annoncée au budget du printemps dernier. 

L’ADISQ avait alors réagi en soutenant que cette aide de 5 millions $ sur deux ans était «bienvenue, mais insuffisante». L’ADISQ demandait plutôt 15 millions $ au gouvernement pour se sortir la tête de l’eau et réagir au «phénomène Spotify», ou plus largement aux services d’écoute de musique en ligne, qui minent les revenus des créateurs.