D'ici le 17 juin, les responsables en services éducatifs en milieu familial se réuniront virtuellement par le biais de leur syndicat local afin de se prononcer sur trois possibilités : accepter l'offre du ministère, déclencher la grève générale illimitée maintenant ou au début de l'automne.
D'ici le 17 juin, les responsables en services éducatifs en milieu familial se réuniront virtuellement par le biais de leur syndicat local afin de se prononcer sur trois possibilités : accepter l'offre du ministère, déclencher la grève générale illimitée maintenant ou au début de l'automne.

FIPEQ-CSQ : vote d'ici le 17 juin sur l'offre dite finale du gouvernement

MONTRÉAL — La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) annonce vendredi qu'elle soumettra la proposition d'offre finale et globale reçue mardi dernier par le ministère de la Famille à ses 10 000 membres en milieu familial régi et subventionné.

D'ici le 17 juin, les responsables en services éducatifs en milieu familial se réuniront virtuellement par le biais de leur syndicat local afin de se prononcer sur trois possibilités : accepter l'offre du ministère, déclencher la grève générale illimitée maintenant ou au début de l'automne.

Les résultats seront rendus publics le 18 juin, en après-midi.

Le 8 mars dernier, les membres de la FIPEQ en milieu familial ont voté à 97,5 % en faveur d'une grève générale illimitée.

La rémunération constitue le principal point en litige dans les discussions entre la FIPEQ et le ministère de la Famille. Quelque 60 000 familles seraient touchées.

Les responsables de services éducatifs ne sont pas rémunérées à l'heure; elles touchent plutôt une subvention du ministère pour dispenser le service à leur domicile. Elles ont fait estimer leur rémunération à partir du montant de la subvention et leurs heures de travail et autres dépenses.

La FIPEQ, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), conclut qu'elles touchent 12,42 $ l'heure et revendique l'équivalent d'un salaire horaire de 16,75 $.

La CSQ représente la grande majorité des responsables de services de garde en milieu familial qui sont syndiquées.