Après l’Université Laval et les cégeps de Sainte-Foy et de Lévis-Lauzon, c’est au tour des cégeps Garneau et Limoilou d’annoncer la fin de la vente de bouteilles d’eau en plastique dans leurs établissements.

Fin de la vente de bouteilles en plastique: d’autres cégeps emboîtent le pas

Le Cégep Garneau ne vendra plus de bouteilles d’eau dès janvier 2020. Avec le Cégep Limoilou, il emboîte ainsi le pas à d’autres institutions et confirme une tendance dans les établissements d’enseignement de la région de Québec.

À la rentrée, les étudiants trouveront un îlot de distribution d’eau dans la cafétéria. Celui-ci leur permettra de remplir en tout temps leurs gourdes et autres contenants réutilisables. Une nouvelle initiative pour «valoriser la consommation d’eau potable». 

«On a rendu l’eau potable plus accessible à toute la communauté de Garneau en ajoutant des fontaines, distributrices d’eau. Mais dès la rentrée en janvier, on dit bye bye aux bouteilles d’eau», a déclaré au Soleil Hélène Aubin, coordonnatrice aux communications au Cégep Garneau.

Concernant les bouteilles pour les autres boissons, Mme Aubin a expliqué que Garneau n’était pas au même stade que le Cégep Limoilou, mais que le but éventuellement serait de bannir ce type de produits embouteillés.

«On ne veut pas remplacer l’eau par des jus sucrés, mais les machines distributrices vont disparaître petit à petit, explique-t-elle. Mais pour les remplacer, on mise davantage sur des fontaines de jus naturels, ça, c’est le plan à moyen terme.»

Hélène Aubin a déclaré que cette nouvelle mesure permettra d’éliminer la vente de 25 000 à 30 000 bouteilles par année. 

Sainte-Foy aussi

Alors que Garneau et Limoilou cesseront la vente d’eau embouteillée dès janvier, le Cégep de Sainte-Foy a fait un premier pas en les abolissant dès la rentrée à l’automne.

«À l’automne 2019, nous avons cessé la vente des bouteilles d’eau de plastique. C’est une décision qui avait été prise en 2017 pour nous laisser le temps d’ajouter des points d’eau pour remplir les gourdes et donner le temps à notre fournisseur alimentaire de se préparer à ce virage», a expliqué Geneviève Bastien, conseillère en communication au Cégep de Sainte-Foy.

Elle a également confirmé que dès 2020, des discussions seront entamées concernant les contenants de plastique pour les autres types de boissons.

Ce genre d’initiative environnementale va de pair, selon elle, avec la mission du cégep de former les futurs citoyens préoccupés par le sort de la planète.

Pour sa part, le Cégep de Lévis-Lauzon a déclaré avoir cessé la vente de bouteilles d’eau en plastique le 1er octobre dernier. Le campus collégial a mis sur place un bureau du développement durable pour mettre en place ses prochaines orientations écologiques.

Quant à l’Université Laval, elle a officiellement cessé la vente de bouteilles d’eau l’automne dernier. «L’Université poursuit la réflexion avec les exploitants alimentaires pour diminuer encore davantage l’utilisation de l’ensemble des boissons en bouteille de plastique à usage unique, notamment en augmentant l’offre de breuvage en fontaine et en analysant les différentes alternatives», a commenté Simon La Terreur-Picard, conseiller aux relations médias de l’Université Laval.

À l’écoute des étudiants

Pour beaucoup d’établissements scolaires de la région, cette volonté de retirer peu à peu des bouteilles de plastique est venue des étudiants.

«On a travaillé en collaboration avec les associations étudiantes pour ce projet. Les désirs environnementaux des étudiants s’inscrivent dans notre démarche institutionnelle éco-environnementale», raconte Mme Aubin.

Même mentalité au Cégep de Sainte-Foy, où Geneviève Bastien affirme que la volonté des étudiants avait joué un rôle important dans l’établissement de cette nouvelle politique d’abolition des bouteilles d’eau en plastique.