L’Autorité des marchés financiers estime qu’en date d’aujourd’hui, en plus de sa propriété et de ses véhicules, Dominic Lacroix contrôle toujours une valeur de 4 millions US$ en bitcoin.

Fin de la récréation pour le créateur de PlexCoin

Un ordre de la cour? Quel ordre de la cour? Le créateur de la cryptomonnaie PlexCoin Dominic Lacroix continue de faire la grande vie aux frais de ses investisseurs même si ses avoirs sont bloqués. La récréation est terminée, dit le Tribunal des marchés financiers.

Tesla, Mercedes GLE, T-Rex, résidence évaluée à 2,5 millions $; le train de vie de Dominic Lacroix et de sa conjointe Sabrina Paradis-Royer ne semble nullement avoir souffert des ordonnances de blocage qui gèlent tous leurs actifs depuis l’été dernier.

L’Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête au sujet de Lacroix et de sa compagnie DL Innov, inventeurs d’une monnaie virtuelle, le PlexCoin, qui se vante d’être plus efficace et sécuritaire que le bitcoin.

Selon l’AMF, Dominic Lacroix, qui n’a aucun titre de courtier en valeurs mobilières, aurait encaissé plus de 11 millions $ et 90 000 personnes se sont inscrites sur une liste pour acheter la cryptomonnaie.

Le Tribunal des marchés financiers a ordonné à Lacroix de cesser de vendre sa cryptomonnaie et a prononcé diverses ordonnances de blocage pour éviter que des investisseurs ne perdent leur mise.

Le créateur de PlexCoin s’est rendu coupable d’outrage au tribunal en faisant fi de cet ordre. Il a continué d’engranger des millions de dollars en promettant des taux d’intérêt alléchants à des milliers d’investisseurs. Lacroix a été condamné à deux mois de prison et à 110 000 $ d’amende. Il a porté sa condamnation et sa peine en appel.

Les enquêteurs de l’AMF ont été mis au courant qu’après le blocage de leurs biens, Lacroix et sa conjointe ont ouvert d’autres comptes bancaires et ont effectué divers virements, notamment pour payer une carte de crédit.

Lacroix et Royer-Paradis ont aussi émis des chèques pour payer plusieurs fournisseurs de services et de matériaux de leur luxueuse maison neuve du secteur Montagne des Roches à Charlesbourg, résidence dont ils versaient toujours les paiements en avril. 

Contrôler le virtuel

L’AMF estime qu’en date d’aujourd’hui, en plus de sa propriété et de ses véhicules, Dominic Lacroix contrôle toujours une valeur de 4 millions US$ en bitcoin.

Dans une décision rendue la semaine dernière, le Tribunal des marchés financiers veut bloquer ce pécule de monnaie virtuelle.

Ce n’est pas une mince tâche lorsqu’on sait que le transfert de cryptomonnaie peut se faire en quelques clics de souris, d’un portefeuille virtuel à un autre, sans l’intervention d’un tiers comme une banque.

Le Tribunal dit avoir décidé «d’innover» pour faire respecter ses ordonnances de blocage et ordonne à Dominic Lacroix de transférer tous ses bitcoins à une adresse Internet que lui fournira l’Autorité des marchés financiers.

Le Tribunal croit que les sommes seront ainsi protégés jusqu’à la fin des procédures.