Tout semble en ordre pour que la saison de ski ait lieu, même en zone rouge.
Tout semble en ordre pour que la saison de ski ait lieu, même en zone rouge.

Feu vert pour la saison de ski, partout au Québec

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Les amateurs de ski ont de bonnes raisons d’attendre la neige avec impatience. Tout semble en ordre pour que la saison de ski ait lieu, même en zone rouge.

Depuis plusieurs semaines, les skieurs et les planchistes avaient hâte d’avoir la confirmation. Avec les fermetures de commerces, les activités et événements annulés, la question se posait : allons-nous avoir une saison de ski?

Pour glisser, il faudra toutefois respecter plusieurs conditions. Les stations de ski devront en effet imposer à la lettre les consignes émises par la Santé publique, en fonction de la couleur de leur territoire (jaune, orange ou rouge).

La ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de Lanaudière, Caroline Proulx, en a fait l'annonce officielle vendredi soir, par voie de communiqué.

D’abord, les billets d’entrée devront être achetés à l’avance et la distance de deux mètres devra être respectée dans tous les lieux fréquentés par les amateurs de sports de glisse.

Il faudra aussi porter le couvre-visage en tout temps dans les lieux intérieurs, mais aussi porter un cache-cou ou une cagoule qui couvre le nez et la bouche en tout temps à l’extérieur.

La Santé publique tient également à ce qu’un registre de visiteurs soit tenu quotidiennement dans chaque station. Il faudra aussi se laver les mains fréquemment.

«Rappelons que les 75 stations du Québec mettront en œuvre des mesures sanitaires dans un contexte exigeant et jamais vécu jusqu’ici. L’Association souhaite que les skieurs réitèrent leur appartenance aux stations québécoises en continuant de les visiter en toute sécurité», indique Yves Juneau, président-directeur général de l’Association des stations de ski du Québec.

Les skieurs et planchistes sont invités à consulter le site Internet de leur station de ski préférée avant toute visite, afin qu’ils soient à l’affut des consignes sanitaires de chacune d’entre elles. Certaines consignes s’appliqueront seulement aux stations en zone rouge.

Comme pour toute activité extérieure, la bulle familiale devra être respectée. Seuls les gens habitant sous un même toit pourront s’installer ensemble dans le télésiège, par exemple.

À noter aussi que les déplacements entre différentes régions ne sont toujours pas recommandés par le gouvernement.


« L’impact du plan sanitaire sur les revenus d’une station de ski en zone rouge sera majeur »
Yves Juneau, président-directeur général de l’Association des stations de ski du Québec

Pas de location ni de cours

Même si elles pourront ouvrir leurs pistes, les stations subiront un impact significatif sur leurs frais d’exploitation en raison des mesures sanitaires. Leurs revenus seront aussi grandement affectés, surtout en zone rouge, indique l’Association.

«[Les stations] ne comptent pas seulement sur les revenus de billetterie pour assurer le succès d’une saison. L’impact du plan sanitaire sur les revenus d’une station de ski en zone rouge sera majeur puisque les services de location d’équipements et les écoles de ski ne pourront être en opération», précise un communiqué de l'Association..

«Nous outillons nos membres pour faire face à la situation afin d’assurer la santé et la sécurité de tous, tout en offrant une expérience agréable aux skieurs. D’ailleurs, une vaste campagne de sensibilisation est en préparation par l’Association pour encourager les clients et le personnel en station à observer les consignes sanitaires de la prochaine saison», ajoute le président-directeur général Yves Juneau.

Également, en zone rouge, la cafétéria et les vestiaires des stations ne seronent pas ouverts.

Respect sévère des consignes

L’Association des stations de ski du Québec et les 75 stations qu’elle représente peuvent compléter les préparatifs afin de lancer la saison de ski. Les consignes établies avec l’aide des autorités gouvernementales ont été finalisées tout récemment.

«Les autorités se sont penchées minutieusement sur les spécificités de l’industrie et les réalités opérationnelles propres aux stations de ski. Le travail d’analyse a été exceptionnel. Le succès de notre saison passe maintenant par l’adhésion à ces mesures par les stations, bien sûr, mais aussi par nos visiteurs», insiste M. Juneau.

Il faut souligner que tous les grands pays où l’on pratique les sports d’hiver ont autorisé l’ouverture des stations de ski, malgré la pandémie (États-Unis, Europe et Canada, pour ne nommer que ceux-là). Les mesures mises en place par Québec s’inscrivent donc dans un mouvement mondial.